Actualité

Décryptage de la méthodologie SBTi FLAG

 

Article co-écrit par Gabriella Cevallos et Maëlys Paquette, Senior consultantes, et Elodie Ciulli, Senior Manager, dans les équipes Sustainability de Deloitte France.

Alors que l’initiative SBT vient de publier la version finale de la méthodologie « Forest, Land and Agriculture » (FLAG), nous vous proposons un décryptage de celle-ci.

Pourquoi une méthodologie SBTi FLAG ?

L’initiative Science-Based Targets (SBTi) a permis depuis 2015 d’accélérer la prise d’engagements climatiques des entreprises, en offrant un cadre méthodologique permettant l’élaboration de trajectoires alignées avec l’ambition définie par l’accord de Paris. 

Jusqu’à récemment, le processus de définition d’objectifs d’atténuation s’est concentré sur les émissions fossiles liées aux procédés industriels, délaissant les émissions spécifiques au secteur des terres et à l’agriculture. Celles-ci regroupent les émissions de méthane liées à l’élevage (CH4), les émissions de protoxyde d’azote (N2O) liées en grande majorité aux intrants agricoles, mais aussi le carbone biogénique relargué par la déforestation. Cet « angle mort » est loin d’être anodin et représente annuellement 13 GtCO2e soit 22 % des émissions mondiales, dont la moitié de ces émissions est causée par la déforestation (IPCC 2022).

L’absence de méthodologie spécifique empêchait également de valoriser les solutions pouvant émaner des secteurs agricoles, forestiers et de l’usages des sols, en particulier la capacité de séquestration du carbone par la photosynthèse (biomasse) ou dans les sols. Or, si tous les leviers à la portée des entreprises du secteur étaient activés (afforestation/reforestation, séquestration du carbone dans les sols agricoles, transition vers un régime alimentaire moins carné, réduction du gaspillage alimentaire, etc.), cela permettrait de déverrouiller un potentiel net d’atténuation de 14 GtCO2e/an (Roe & Al 2019).

Que retenir de la nouvelle méthodologie SBTi Forest, Land and Agriculture (FLAG) ?

En réponse aux limites des référentiels SBTi existants, la méthodologie Forest, Land and Agriculture (FLAG) a été publiée le 28 septembre 2022. Celle-ci intègre un périmètre élargi des émissions qui seront couvertes par un objectif FLAG (figure 1).

La particularité de la nouvelle méthodologie SBTi FLAG est double :

  • Elle prend en compte les émissions liées aux secteurs agricoles, forestiers et à l’usages des sols mais également la séquestration (émissions nettes) ;
  • Elle inclut une obligation pour les entreprises de s’engager publiquement à un objectif de zéro-déforestation sur l'ensemble de sa chaîne de valeur.

Nous vous proposons ci-dessous une synthèse du contenu de la version préliminaire de la méthodologie FLAG en cinq points clés.

Cinq points clés à retenir

Deux approches complémentaires pour se fixer des objectifs aux activités forestières et agricoles



SBTi FLAG vient faciliter l’établissement d’objectifs d’atténuation alignés avec l’accord de Paris pour les entreprises ayant des activités agricoles et/ou forestières que ce soit dans leur périmètre direct (scope 1) ou dans leur chaîne de valeur (scope 3 amont/aval).

La méthodologie propose deux options aux entreprises pour se fixer des objectifs une approche par contraction absolue (intitulée « l’approche sectorielle ») et une approche par commodité (intitulée « l’approche par commodité ») (figure 2).

L’approche sectorielle découle d’une étude (Roe & Al 2019) réalisant une revue critique de l’ensemble des trajectoires et scénarios concernant les émissions liées au secteur FLAG. Cette étude a analysé avec plus de détails les leviers côté offre (introduction de l’agroforesterie, gestion améliorée des forêts, etc.), plutôt que sur les leviers côté demande (évolution du mix protéique par exemple1). Par ailleurs, une nouvelle version de la méthodologie avec de nouveaux leviers côté demande est en cours d’élaboration. Quant à l’approche par commodité, elle repose principalement sur un travail de modélisation mené par un consortium d’institutions majoritairement composé d’acteurs universitaires (Smith & Al 2016).

Remettre la lutte contre la déforestation sur le devant de la scène



Malgré la constitution de coalitions internationales et de taskforces dédiées au sujet, la moitié des émissions du secteur agriculture, forêt et autres usages des sols proviennent de la déforestation (IPCC 2022).

L’une des particularités de cette méthodologie est d’obliger les entreprises à s’engager publiquement à atteindre la zéro déforestation sur l’ensemble de leur chaîne de valeur. Cet engagement résulte d’un alignement de la méthodologie SBTi FLAG avec le travail mené depuis 2016 par le groupement d’Accountability Framework Initiative (AFI May 2021) (AFI) qui regroupe les principales ONG engagées sur le sujet de la déforestation.

Par ailleurs, la méthodologie inclut un critère rendant obligatoire l’intégration de l’impact en matière de gaz à effet de serre (GES) du changement d’usage de sols, que ce soit à travers la déforestation pure et simple d’une parcelle ou alors par sa dégradation. Cela implique que chaque entreprise devra, à partir des données pertinentes et disponibles, prendre en compte l’impact de ses activités liés au changement d’usage des sols, y compris l’impact en lien avec les commodités agricoles destinées à l’alimentation animale. Cette prise en compte du changement d’usage des sols dans son périmètre direct (scope 1) ou au sein de sa chaîne de valeur (scope 3) devra être pris en compte dans les facteurs d’émissions lors du calcul de l’empreinte carbone de l’entreprise. D’un côté, les émissions associées à la déforestation ou à la dégradation forestière devront être prises en compte dans le bilan carbone de l’entreprise. De l’autre, cette même entreprise, pourra également valoriser l’augmentation de la séquestration carbone à travers l’agroforesterie, par exemple.

En somme, SBTi FLAG vient réaffirmer l’importance d’une politique de lutte contre la déforestation ambitieuse et effective en élevant l’engagement public d’une chaîne de valeur zéro déforestation en tant que condition sine qua non de validation d’objectifs climat sur le secteur agricole et forestier, mais aussi en exigeant son intégration systématique au sein de la comptabilité carbone des entreprises.

Utiliser SBTi FLAG conjointement avec d’autres outils pour se fixer globalement un cap vers + 1.5°C



SBTi FLAG n’est qu’une des étapes dans le voyage d’une entreprise vers la durabilité. Avant l’étape SBTi, il sera nécessaire de remettre à plat la comptabilité carbone liée au secteur des terres et de manière concomitante d’adopter un plan d’action au sein de l’entreprise.

SBTi FLAG ne pourra être effectif que s’il est utilisé de pair avec d’autres outils. Le graphique ci-dessous recense de manière non-exhaustive les outils et normes à disposition des entreprises du secteur agri-agro pour participer à la lutte contre le changement climatique. Le prochain guide du GHG Protocol « Land sector and removals » (publication de la version finale prévue en avril 2023) visera, entre autres, à donner des lignes directrices pour comptabiliser le changement d’usage des sols qui sera par ailleurs l’un des prérequis par SBTi FLAG. Une fois les objectifs fixés, il reste à opérationnaliser ces engagements. La méthodologie ACT Agri & Agro-food peut alors être un outil utile pour les entreprises du secteur afin d’évaluer les points forts et identifier les aspects à améliorer afin d’avoir plan de transition bas-carbone robuste.

Intégrer SBTi FLAG dans la comptabilité carbone et le reporting des entreprises



Il s’agit d’accompagner dès aujourd’hui les entreprises dans cette gymnastique proposée par SBTi entre un objectif FLAG à court terme sur un périmètre restreint de l’entreprise et un objectif SBTi intersectoriel sur le reste des émissions.

Si SBTi FLAG participera sans aucun doute à multiplier les engagements climat des entreprises engagées dans des activités agricoles et/ou forestières, certains défis se profilent et ne sont pas à sous-estimer. Il paraît inévitable que les entreprises du secteur aient recours à la fois à la méthodologie SBTi FLAG pour définir des engagements sur leur amont agricole mais aussi aux méthodologies SBTi intersectorielles qui sont plus appropriées pour adresser les émissions fossiles liées aux transports ou à l’étape de la transformation industrielle. Piloter des engagements climat avec des périmètres variables (entre SBTi FLAG et une méthode SBTi intersectorielle) pourraient facilement se transformer en casse-tête et nécessitera une adaptation de la comptabilité carbone et de ses outils en amont.

Accroître la collaboration dans la chaîne de valeur



Les collaborations et synergies au sein de la chaîne de valeur seront clés afin d’œuvrer à la régénération des écosystèmes. Pour cela, des règles claires et pragmatiques sur la revendication des impacts qui découlent des interventions dans la chaîne de valeur sont nécessaires, afin de faciliter le passage à l’action.

La possibilité laissée par SBTi de définir un objectif s’appuyant sur l’engagement SBT de ses fournisseurs et clients laissait déjà présager de l’importance croissante d’avancer de front et en collaboration pour décarboner sa chaîne de valeur. SBTi FLAG pose les prémisses d’une collaboration accrue : afin d’être en position de revendiquer des projets de séquestration par les industries agricoles, agro-alimentaires et forestières, il sera incontournable de maîtriser les subtilités du reporting le long de la chaîne de valeur.

L’enjeu résidera dans la réconciliation d’une comptabilité carbone à l’échelle d’un projet² et la comptabilité carbone de plusieurs entreprises. Les chaînes de valeurs sont complexes et multipartite, il est fort probable qu’une exploitation agricole fassent parties de plusieurs filières et aient comme client final plusieurs entreprises… L’objectif à ne pas perdre de vue étant celui du passage à l’action pour décarboner sa chaîne de valeur !

Quelles sont les prochaines grandes échéances ?


Le schéma ci-dessous reprend les évolutions à venir et les échéances associées :

Partie 2 - Comprendre le nouveau référentiel SBTi FLAG pour le secteur des terres

Pour en savoir plus sur cette méthodologie, vous pouvez également télécharger la suite de notre décryptage.

Prénom *
Nom *
E-mail *
Organisation*
Fonction *
Téléphone
Geography
URL Source
Fichier téléchargé
Form Handler
UTM Campaign
UTM Source
UTM Medium

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ainsi qu’au règlement européen sur la protection des données personnelles 2016/679 (RGPD), vous pouvez exercer votre droit d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation du traitement, de portabilité de vos données et définir le sort de vos données personnelles après votre décès en vous adressant au service Marketing de Deloitte SAS : rgpd@deloitte.fr

Je suis une entreprise et je veux agir ?

Toutes les méthodologies citées dans ce court article forment une boîte à outils à disposition des entreprises :

Si toutes ces méthodologies sont publiques, leur mise en œuvre au sein d’une entreprise nécessite bien souvent un accompagnement personnalisé.

AFI. May 2021. «Core Principles.»
IPCCC. 2022. «Summary for policymakers - Working Group III contribution to the Sixth Assessment Report .»
Roe & Al. 2019. «‘Contribution of the land sector to a 1.5 °C world’.»
SBT. June 2022. «SCIENCE BASED TARGETS INITIATIVE ANNUAL PROGRESS REPORT.»
Smith & Al. 2016. ‘Science-Based GHG Emissions Targets for Agriculture and Forest Commodities'. University of Aberdeen, Ecofys, and PBL.
Thomas Bonvillain, Claudide Foucherot, Valentin Bellassen. Septembre 2021. «Comment valoriser et communiquer sur l'action climatique réalisée dans le cadre du Label-Bas Carbone ?»
Value Change. Mai 2021. «Greenhouse Gas Accounting & Reporting Guidance.»

1 A noter qu’une version prenant mieux en compte les leviers côté « demande » est en cours de développement et donnera lieu à une méthodologie 2.0 dans les mois à venir.

² Des travaux en cours d’élaboration menés par exemple par les standards de certification de projets carbone tels que Gold Standard (Value Change Mai 2021), le standard Label Bas-Carbone (Thomas Bonvillain Septembre 2021) ou le cadre de certification pour la séquestration carbone en cours d’élaboration au niveau européen.