Nestlé, Swatch Group, Rolex et Emmi Top 250 mondial

Dans la presse

Lueur d'espoir pour l'industrie mondiale des biens de consommation malgré de nouvelles turbulences du marché

Nestlé, Swatch Group, Rolex et Emmi dans le Top 250 mondial

En savoir plus

Zurich, le 22 avril 2014 - Malgré un ralentissement de l'économie mondiale, les 250 plus grandes sociétés du secteur des biens de consommation ont dégagé un chiffre d'affaires dépassant 3’100 milliards de dollars durant l'exercice 20121. Ce qui résulte en un chiffre d’affaires net moyen de 12,5 milliards de dollars par entreprise du secteur. La multinationale suisse Nestlé intègre le Top 3 du classement mondial. Par rapport à l'année précédente, Swatch Group, Rolex et Emmi ont progressé, soulignant ainsi le fort positionnement des sociétés suisses. Telles sont les conclusions de la 7ème édition du rapport « Global Powers of Consumer Products » publié par la société de services professionnels Deloitte.

Contact :

Marisa Steiner
PR & Communications
+41 58 279 73 08
masteiner@deloitte.ch

Howard da Silva, Responsable du secteur des biens de consommations chez Deloitte en Suisse constate : « Les turbulences de l'économie mondiale ont affecté les perspectives de croissance des sociétés du secteur des biens de consommation. Les marchés matures et les économies fortement dépendantes des exportations ont enregistré un taux moyen de croissance en 2012 beaucoup plus modéré que ceux des années précédentes. Toutefois, la rentabilité s'est renforcée malgré la hausse des prix des matières premières. Parmi les 224 entreprises ayant publié leurs bénéfices nets, seules 19 ont enregistré des pertes en 2012. » 

Reprise du secteur des produits électroniques

Après une année 2011 mitigée, les fabricants d'électronique grand public ont constaté une reprise en 2012. Sur le plan mondial, la moitié des dix plus grandes sociétés du secteur des biens de consommation en 2012 sont des fabricants de produits électroniques, avec Samsung et Apple occupant le Top 2. La demande croissante des consommateurs en appareils connectés a généré une hausse de près de 10% du chiffre d’affaires de ce secteur. 

Démonstration de force des entreprises suisses

Nestlé, premier groupe agroalimentaire mondial, occupe le troisième rang du classement 2012, devançant Panasonic. La multinationale suisse a également renforcé sa position de numéro un du Top 10 des entreprises de biens de consommation européennes, conservant sa place de leader incontesté du secteur de l'alimentation, des boissons et du tabac. Les autres entreprises suisses du Top 250 mondial sont les sociétés horlogères Swatch Group (95ème rang) et Rolex (151ème rang) ainsi que le groupe laitier Emmi (237ème rang). Comparativement à l'année passée, elles ont toutes progressé dans le classement, témoignant de la vitalité des entreprises suisses.

Le secteur du textile et des accessoires a, quant à lui, été marqué en 2012 par la sortie de la société de produits de luxe Richemont du Top 250. En raison de l'expansion de ses activités dans le secteur du commerce de détail, Richemont n'est plus considérée principalement comme grossiste de biens de consommation. En revanche, les sociétés horlogères suisses Swatch Group (5ème) et Rolex (9ème) conservent leur place dans le Top 10 du secteur.

Howard da Silva souligne l'importance de l'industrie horlogère pour l'économie suisse : « Le marché mondial des montres haut de gamme toujours fort, la demande croissante des pays émergents ainsi que les achats effectués par les touristes offrent des perspectives positives aux entreprises suisses dans ce secteur. Nous prévoyons donc un maintien de la croissance globale du secteur horloger suisse. » 

Le renforcement des activités de fusions et acquisitions dans le secteur des biens de consommation se dessine en 2014

Malgré une reprise économique mondiale fragile, le rapport de Deloitte constate que les investisseurs bien capitalisés ont continué à chercher des opportunités de fusions et d'acquisitions pour renforcer leurs positions stratégiques. En 2012, 1’298 transactions ont été réalisées par les sociétés du secteur des biens de consommation, contre 1’274 en 2011 et 1’117 en 2010. Pour 2013, 1’182 transactions étaient signalées au 22 février 20142. Cette activité a été stimulée par l'amélioration de l’accès au crédit, les taux d'intérêt bas, la dynamisation des marchés de capitaux, et, dans certains cas, par les considérables réserves de liquidités des entreprises. Le capital-investissement a également fait preuve d'un regain d'intérêt pour les produits de consommation.

« L'augmentation du volume de transactions dans l'industrie mondiale des produits de consommation ces dernières années peut surprendre, au vu du ralentissement de l'économie. Toutefois, alors que les craintes liées à l’incertitude conjoncturelle commencent à s’apaiser, 2014 s’annonce déjà comme une grande année pour les fusions et acquisitions dans ce secteur », explique Howard da Silva. 

Un consommateur connecté est un consommateur puissant

Aujourd’hui, les consommateurs ont accès à une audience mondiale et ont également le pouvoir de créer et de diffuser leurs propres médias. Communiquer avec un consommateur constamment connecté implique de modifier son investissement dans les marques vers un investissement consommateurs, à travers des relations sur mesure.

Björnar Jensen, Associé au sein de Monitor Deloitte en Suisse, résume : « Le réel défi des sociétés du secteur des biens de consommation consiste aujourd’hui à survivre dans un monde régi par un consommateur mondialement connecté. Afin de gérer et d’augmenter leur rentabilité, les entreprises doivent apprendre à répondre aux demandes des consommateurs, où qu’ils se trouvent et quel que soit le canal. De nouvelles approches s’imposent : chaînes d’approvisionnement mondiales entièrement intégrées, entrée sur le marché virtuel, canaux de diffusion directe vers le consommateur, plus d’investissement dans la compréhension du consommateur. Un consommateur plus connecté est un consommateur plus puissant, auquel les sociétés du secteur des biens de consommation doivent maintenant faire face. »

1Couvre les exercices clôturés jusqu’en juin 2013
2Les résultats pour 2013 sont préliminaires et susceptibles d’être revus à la hausse
(Source : mergermarket.com; consulté le 22 février 2014) 

Top 10 des sociétés du secteur des biens de consommation

 

A propos de l’étude Deloitte « Global Powers of Consumer Products »

Le 7ème rapport annuel « Global Powers of Consumer Products » publié par Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DDTL) identifie les 250 plus grandes sociétés du secteur des biens de consommation. Le classement est basé sur les données disponibles publiquement pour l’exercice 2012. Le rapport propose également une prévision des perspectives de l’économie mondiale, une analyse de la capitalisation boursière de la branche, un aperçu des activités de fusions et acquisitions ainsi qu’un examen des grandes tendances affectant les sociétés du secteur.

Pour télécharger le rapport complet, veuillez cliquer ici

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil en gestion et du Corporate Finance. Avec près de 1’100 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays par environ 200’000 collaborateurs. 

Cela vous a-t-il été utile ?