Communiqués de presse

Le marché européen du football dépasse pour la première fois les 25 milliards d’euros – les cinq grandes ligues stimulent la croissance

Zurich/Genève, le 7 juin 2018

  • Le marché européen du football a généré des revenus atteignant 25,5 milliards d’euros au cours de la saison 2016/2017, selon la 27è édition de l’Étude annuelle sur les finances du football de Deloitte.
  • Les cinq grandes ligues européennes ont dégagé des revenus records de 14,7 milliards d’euros en 2016/2017, en hausse de 9 % par rapport à la saison précédente ;
  • La Bundesliga allemande se maintient à la première place avec 44 000 spectateurs en moyenne ;
  • Les droits de diffusion continuent de stimuler la croissance grâce aux nouveaux accords en Angleterre, en Espagne et en France qui dopent considérablement les rendements financiers des clubs de première division ;
  • En termes de recettes, la contribution de la Premier League dépasse de 86 % celle de sa concurrente la plus immédiate, La Liga espagnole, désormais seconde ligue européenne après avoir supplanté la Bundesliga ;

Les recettes du marché européen du football dépassent les 25 milliards d’euros pour la première fois, selon la 27è Étude annuelle des finances du football rédigée par le Groupe Sports Business de Deloitte. La hausse de 4 % par rapport à la saison 2015/2016 s’explique en grande partie par la hausse des recettes cumulées des cinq grandes ligues européennes qui sont passées de 1,3 milliards d’euros (9 %) à 14,7 milliards d’euros en 2016/2017. La croissance ne se limite toutefois pas aux ligues les plus importantes puisque les ligues n’appartenant pas au cercle des cinq grandes ont également vu leurs revenus augmenter à un rythme moindre par rapport à l’Angleterre, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

La Liga espagnole occupe désormais la seconde place au niveau mondial en termes de revenus suite à l’accord de vente collective des droits de diffusion dont l’impact sur les revenus est considérable.

En outre, Deloitte a découvert que la croissance des revenus des cinq grandes ligues a permis d’améliorer les niveaux de rentabilité de la Premier League, Bundesliga et de La Liga qui, toute trois, affichent pour la première fois des bénéfices d’exploitation cumulés supérieurs à 300 millions d’euros.

Dan Jones, Associé au sein du groupe Sports Business chez Deloitte, précise: « Il est encourageant de constater que la situation financière du football européen n’a jamais été aussi saine et nous pensons que la croissance continue et l’intérêt au sein des ligues européennes devraient se maintenir dans les prochaines années. Ces succès financiers reflètent non seulement la popularité mondiale du football mais aussi le professionnalisme des principaux clubs et la force du cadre réglementaire au sein duquel ils évoluent. »

« Le fait que La Liga espagnole ait été capable de défier la situation financière de la Bundesliga qui a occupé la deuxième place en termes de revenus pendant plus de dix ans témoigne de la diversité des changements intervenus au cours des toutes dernières années. Le défi consiste désormais à savoir si elle réussira à combler son retard par rapport à la Premier League toujours leader sur le marché. »

Les clubs de la Premier League continuent de dominer en termes de revenus avec des recettes cumulées de 5,3 milliards d’euros en 2016/2017 en hausse par rapport aux 4,9 milliards d’euros générés en 2015/2016. Les clubs anglais de première division sont 86 % plus puissants que ceux de La Liga espagnole et le nouvel accord de droits de diffusion a permis à tous les clubs de la Premier League de générer des revenus records. 

La Bundesliga devrait reconquérir sa seconde place l’an prochain

Même si la Bundesliga se classe juste après La Liga en termes de revenus, les performances commerciales toujours impressionnantes des clubs allemands devraient permettre à la Bundesliga de reconquérir sa seconde place dans un futur proche. Les accords de diffusion plus favorables, tant au niveau national qu’international, entraîneront une hausse moyenne de 1,4 milliard d’euros des revenus pour les deux principales divisions allemandes pour la saison 2017/2018.

Dan Jones, du groupe Sports Business chez Deloitte, déclare : « Les nouveaux accords sur les droits de diffusion nationaux et internationaux pour quatre ans de la Bundesliga, qui ont débuté lors de la saison 2017/2018, devraient permettre à ses revenus de dépasser les 3 milliards, confirmant ainsi sa position de second championnat mondial en termes de revenus lors de la prochaine édition de l’Étude annuelle des finances du football. »

Les clubs de la Série A italienne ont pour la première fois généré plus de 2 milliards d’euros de revenus cumulés, en hausse de 8 %, en grande partie grâce à la croissance des revenus d’un club, Internazionale. Les clubs italiens sont bien placés pour être les principaux bénéficiaires des modifications apportées aux critères de qualification des compétitions de l’UEFA où quatre clubs sont assurés d’obtenir une position dans le tirage au sort de la phase de groupe de la Ligue des champions de l’UEFA dès la saison 2018/2019 et les accords de diffusion plus favorables mis en place lors de la même saison devraient fournir aux clubs italiens une manne financière.

Même si la Ligue 1 française génère les revenus les plus faibles des cinq grandes ligues, les clubs français ont vu les revenus collectifs croître à un rythme plus rapide qu’au cours des saisons précédentes, surtout grâce aux nouveaux accords de diffusion nationaux. Les informations récentes concernant un nouvel accord conclu avec Mediapro pour la période comprise entre 2020/2021 et 2023/2024 s’avèrent rassurantes quant à une croissance financière à moyen terme de la Ligue 1. 

Revenus des cinq grandes ligues européennes – 2016/2017 (en millions d’euros)

Outre les cinq grandes

Outre les cinq grandes ligues européennes de football, la Süper Lig turque (734 millions d’euros) et la Premier League russe (701 millions d’euros) sont les autres ligues européennes les plus importantes. La Coupe du Monde de la FIFA en Russie, qui commence la semaine prochaine, devrait influence le marché européen du football dans les deux prochaines années : les revenus directement liés à la compétition proprement dite en premier lieu puis, dans une moindre mesure, le soutien indirect du football russe.

Tim Bridge, Directeur du groupe Sports Business confirme : « Malgré ces éventuelles hausses, il est peu probable que la Premier League russe comble son retard par rapport aux cinq grandes en termes de revenus dans un avenir proche. Nous sommes très loin des six grandes ligues du football européen. »

« La prochaine Coupe du monde de la FIFA offrira cependant aux joueurs la possibilité de jouer au top niveau et nous prévoyons d’importantes transactions sur le marché des transferts cette année dans la mesure où les clubs ont manifestement envie d’acheter le meilleur joueur possible. Il est probable que les transferts cet été signent un autre record en termes de sommes dépensées par les clubs pour acheter des joueurs. » 

Pour en savoir plus sur l’ étude annuelle des finances du football et l'expertise de Deloitte dans le domaine Sports Business Group, rendez-vous sur notre site Web

A propos du Sports Business Group de Deloitte

Au cours de ces vingt dernières années, Deloitte a mis en place un service unique au monde, spécialisé dans le marché du sport. Le Sports Business Group propose des services experts pluridisciplinaires, s’appuyant sur un personnel compétent, zélé et capable d’offrir à la branche du sport une authentique valeur ajoutée. Benchmarking, diagnostic stratégique, redressement opérationnel, stratégies d’optimisation des revenus, plans de développement des stades ou lieux publics, plans d’affaires, analyses de marchés et de la demande, acquisitions, due diligence, témoignages d'experts, audits et planification fiscale : nous avons conseillé plus de clubs, de ligues, d’organes dirigeants, de promoteurs de stades, d’organisateurs de manifestations sportives, de partenaires commerciaux, de financiers et d’investisseurs que tout autre consultant.

Pour de plus amples informations sur nos services, veuillez consulter notre site Internet www.deloitte.co.uk/sportsbusinessgroup

Deloitte Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines Audit & Assurance, Consulting, Financial Advisory, Risk Advisory et Tax & Legal. Avec plus de 1’800 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité.

Deloitte Suisse est une filiale de Deloitte North West Europe, société affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 264’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

L’ensemble des conclusions de la « Annual Review of Football Finance» est disponible à l'adresse : www.deloitte.co.uk/sportsbusinessgroup.

Afin de réaliser une comparaison à l'échelle internationale, sauf indication contraire, tous les chiffres pour la saison 2016-2017 ont été convertis au taux de change moyen pour la saison se terminant le 30 juin 2017 (1 £ = 1,16 €). Les données comparatives ont été extraites des éditions précédentes du classement « Annual Review of Football Finance» , ou des états financiers annuels pertinents ou autres sources directes.

Les coûts salariaux couvrent tous les employés (y compris les joueurs, les employés techniques et administratifs) et comprennent les salaires, les honoraires d'engagement, les primes, les indemnités de départ, les cotisations de sécurité sociale et les autres charges sociales.

Dans le présent communiqué de presse, la désignation Deloitte fait référence à une ou plusieurs sociétés membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'), une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique). DTTL et son réseau de sociétés affiliées forment chacune une entité juridique indépendante et séparée.

Deloitte SA est une filiale de Deloitte NWE LLP, une société affiliée de DTTL. Deloitte NWE LLP et DTTL, en tant que telles, ne fournissent pas de services aux clients. Deloitte SA est une société d’audit agréée et surveillée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Pour une description détaillée de la structure juridique, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

© 2018 Deloitte SA. Tous droits réservés 

Cela vous a-t-il été utile ?