Communiqués de presse

Les clubs du top 20 de la Deloitte Football Money League atteignent des chiffres d’affaires record de plus de 6.6 milliards d’euros

Zurich, le 21 janvier 2016

  • Le chiffre d’affaires combiné des 20 premiers clubs de la Money League a augmenté de 8 %, atteignant ainsi un nouveau record de 6,6 milliards d’euros
  • Le Real Madrid est en tête de liste pour la onzième année consécutive ; Manchester United perd une place et se retrouve en troisième position, tandis que le FC Barcelone remonte à la deuxième place
  • Le Bayern Munich chute à la cinquième place, sa position la plus basse depuis la saison 2006-2007
  • Neuf clubs de Premier League se retrouvent dans le top 20, avec un revenu global de 3 milliards d’euros

D’après la 19ème édition du classement Football Money League de Deloitte, société de services professionnels, les 20 clubs de football les plus riches au monde ont généré 6,6 milliards dʾeuros de chiffre d’affaires en 2014/2015, soit une augmentation de 8 % par rapport à la saison précédente.

Le Real Madrid est en tête de la Deloitte Football Money League pour la onzième année consécutive, avec 577 millions d’euros de revenus générés au cours de la saison 2014-2015. Avec une hausse de 22,7 millions d’euros par rapport à la saison précédente, les recettes commerciales ont été le principal moteur de cette croissance. Les revenus générés pour une journée de match (Matchday) ont également augmenté de 9,1 millions d’euros. Cependant, les recettes issues des droits de retransmission ont diminué de 4,3 millions d’euros au cours de la saison.

Dan Jones, Associé au sein du Sports Business Group chez Deloitte, précise : « Pour la première fois, les trois meilleurs clubs de la Football Money League ont tous dépassé le seuil de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le Real Madrid a une fois encore réalisé une solide performance financière, porté par la croissance de ses recettes commerciales. Le projet de restructuration du Santiago Bernabéu permettra de maintenir la croissance des revenus Matchday au cours des prochaines années.

Les résultats sur le terrain du FC Barcelone au cours de la saison 2014-2015 se sont traduits par un succès financier. Les champions dʾEurope ont accédé à la deuxième place au détriment de Manchester United, avec une croissance des revenus dans tous les secteurs : Matchday, droits de retransmission et recettes commerciales. »

Manchester United, bien qu’étant descendu à la troisième place, reste le club qui dégage le chiffre d’affaires le plus important de Premier League, soit 519,5 millions d’euros. Chelsea a perdu une place et se retrouve en huitième position, tandis qu’Arsenal est remonté à la septième. Manchester City et Liverpool sont les deux autres clubs de Premier League du top 10, respectivement en sixième et neuvième positions.

Tim Bridge, Senior Manager chez Deloitte, livre son point de vue : « Le fait que Manchester United reste dans le top trois de la Money League démontre la force sous-jacente du modèle d’affaires du club. Le retour à la Ligue des Champions, ainsi que le début d’un certain nombre de partenariats commerciaux importants, ne feront que renforcer l’entreprise en 2015-2016. En ce sens, il ne serait pas surprenant de voir, l’an prochain, United arriver en tête de la Money League pour la première fois en douze ans, le club prévoyant des revenus de l’ordre de 650 millions d’euros. »

La Football Money League fait également état cette année d’évolutions au sein des géants du football européen, le Bayern Munich chutant de la troisième à la cinquième place, sa position la plus basse depuis 2006-2007. Les champions allemands ont été dépassés par le Paris Saint-Germain, la seule équipe française dans le top 20, après une nouvelle année de croissance et un chiffre d’affaires de 480,8 millions d’euros. Malgré une campagne en Ligue des Champions couronnée de succès pour la Juventus, et le saut de la Roma de la 24ème à la 16ème place, la saison a été décevante en matière de revenus pour les clubs italiens. L’Inter et le Milan AC ont tous deux reculé de deux places l’année dernière, le premier menaçant pour la première fois de sortir du top 20 de la Money League.

Dan Jones ajoute : « La Money League 2014-2015 a été une nouvelle année de croissance pour les "cinq grands" championnats européens. Cependant, nous avons également observé un ralentissement de la croissance pour les cinq meilleurs clubs, leurs revenus augmentant de seulement 4 % sur un an, par rapport à 11 % lors de la précédente édition. A court terme, il peut être difficile pour les nouveaux clubs d’entrer dans le top 10 étant donné l’écart de revenu de 43,3 millions d’euros entre la 10ème et la 11ème place. »

La hausse de 10 % de la livre sterling face à l’euro a aidé les clubs anglais. Un nombre record de neuf clubs de Premier League sont ainsi classés au top 20 cette année, soit un de plus que dans l’édition précédente. Les clubs de Premier League dominent désormais le top 30, 17 d’entre eux ayant joué en Premier League lors de la saison 2014-2015.

Tim Bridge ajoute : « Malgré les performances décevantes des clubs de Premier League dans les dernières compétitions européennes, ceux-ci continuent de montrer la voie en matière de recettes. Le nouveau cycle de contrats de diffusion de Premier League devrait nettement améliorer les revenus issus des droits de retransmission en 2016-2017. Par ailleurs, nous nous attendons à voir les clubs anglais consolider leur place dans le top 30 dans les années à venir, certains d’entre eux pouvant même envisager d’entrer au top 20. »

Télécharger le rapport

The Deloitte Football Money League 2016

La Deloitte Football Money League – Les top 20

Position
(position l’an dernier)


Club

Chiffre d’affaires 2014-2015
en millions d’euros
(Chiffre d’affaires 2013-2014)


1 (1)

Real Madrid

577 (549.5)

2 (4)

FC Barcelona

560.8 (484.8)

       3 (2)       

Manchester United

519.5 (518)

4 (5)

         Paris Saint-Germain         

                 480.8 (471.3)                

5 (3)

Bayern Munich

474 (487.5)

6 (6)

Manchester City

463.5 (416.5)

7 (8)

Arsenal

435.5 (359.3)

8 (7)

Chelsea

420 (387.9)

9 (9)

Liverpool

391.8 (305.9)

10 (10)

Juventus

323.9 (279)

11 (11)

Borussia Dortmund

280.6 (261.5)

12 (13)

Tottenham Hotspur

257.5 (215.5)

13 (14)

Schalke 04

219.7 (214)

14 (12)

AC Milan

199.1 (249.7)

15 (15)

Atlético de Madrid

187.1 (169.9)

       16 (nouvel entrant)          

AS Roma

180.4 (127.4)

17 (19)

Newcastle United

169.3 (155.1)

18 (20)

Everton

165.1 (144.1)

19 (17)

Internazionale

164.8 (162.8)

20 (nouvel entrant)

West Ham United

160.9 (139.3)

 

***

A propos la Deloitte Football Money League

Ce communiqué de presse se fonde sur le classement Deloitte Football Money League publié en janvier 2016. Comme l’explique le rapport, les chiffres des recettes proviennent des états financiers annuels de la société ou du groupe pour chaque club, ou d’autres sources directes, et portent sur la saison 2014-2015.

Il existe de nombreuses manières de déterminer la santé ou la valeur relative d’un club de football. Le classement Deloitte Football Money League se base sur les revenus, car il s’agit du critère d’évaluation le plus facilement accessible et comparable en matière de performances financières.

Les coûts liés aux transferts de joueurs, la TVA et les autres taxes relatives aux ventes commerciales ne sont pas inclus. Dans certains cas, nous avons procédé à des ajustements des chiffres fournis afin de pouvoir, de notre point de vue, comparer les résultats financiers et l’état du secteur du football de manière plus pertinente, en examinant chaque club individuellement.

Dans le cadre de cette analyse, nous n’avons pas effectué de vérification ou d’audit des informations produites par les états financiers ou les autres sources de chaque club.

Afin de réaliser une comparaison à l’échelle internationale, sauf indication contraire, tous les chiffres pour la saison 2014-2015 ont été convertis au taux de change moyen pour la saison se terminant le 30 juin 2015 (1 £ = 1,3145 €). Les données comparatives ont été extraites des éditions précédentes du classement Deloitte Football Money League, ou des états financiers annuels pertinents ou autres sources directes.

Le rapport Deloitte Annual Review of Football Finance sera publié plus tard dans l’année et présentera une analyse plus détaillée du paysage financier du football anglais et européen.

L’ensemble des conclusions de la Deloitte Football Money League est disponible via le lien suivant: www.deloitte.co.uk/sportsbusinessgroup.

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil et du financial advisory. Avec plus de 1’400 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 225’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (’DTTL’). DTTL est une «UK private company limited by guarantee» (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l’audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 14 000 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l’excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.

Deloitte SA est une société d’audit reconnue agréée et surveillée comme société d’audit agréée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

L’information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?