Communiqués de presse

Un besoin accru de diversité et de savoir-faire numérique dans les Conseils d’administration suisses

Genève/Zurich, le 18 février 2018

La diversité est un principe important dans le cadre du renouvellement des membres au sein des Conseils d’administration d’entreprises suisses: de nouvelles aptitudes, expériences, personnalités et compétences numériques sont en effet requises. L’édition actuelle du swissVR Monitor montre que la charge de travail augmente au sein des conseils d’administration des entreprises suisses. D’après les 448 personnes interrogées, les questions de personnel et de compliance ont gagné en importance. Les membres des Conseils d’administration sont optimistes quant à l’avenir de l’économie suisse.

L’accroissement de la diversité globale est une priorité absolue lorsqu’il s’agit du renouvellement des membres au sein du Conseil d’administration. C’est le constat de l’enquête semestrielle de swissVR, en coopération avec le cabinet de conseil Deloitte et la Haute Ecole de Lucerne. Plus de trois quarts (78%) des personnes interrogées estiment que l’objectif d’accroître la diversité a une importance moyenne ou élevée et souhaitent à l’avenir que les membres du Conseil d’administration disposent de nouvelles compétences, expériences ou de traits de personnalité différents. Près d’un cinquième (19%) des personnes interrogées estiment que la composition des Conseils d’administration est déjà satisfaisante et seule une petite minorité (3%) estime qu’une augmentation de la diversité globale lors du renouvellement des membres n’est pas importante.

71% des personnes interrogées pensent que la deuxième priorité, dans le cadre du renouvellement des membres, est l’augmentation du savoir-faire dans le domaine de la numérisation et de l’informatique. 29% estiment que cet objectif a une importance élevée et 42% pensent qu’il a une importance moyenne. D’autres critères, tels que le rajeunissement du Conseil d’administration ou l’augmentation du pourcentage de femmes, sont considérés comme moins importants.

Répartition des sexes et diversité

Seule une petite partie des personnes interrogées siègent dans des organes de Conseils d’administration atteignant aujourd’hui la valeur indicative de 30% de femmes pour les entreprises cotées proposée par le Conseil fédéral et la commission du Conseil national. D’après l’enquête, la répartition des sexes dans les organes plus importants est légèrement plus équilibrée: en moyenne, 21% de femmes siègent dans des Conseils d’administration de 6 personnes ou plus contre 10% seulement pour les Conseils plus petits (de 3 à 5 personnes). Environ deux tiers (64%) des membres de Conseils d’administration interrogés saluent l’augmentation du pourcentage de femmes au sein des Conseils d’administration en Suisse. 91% ne pensent pas que des quotas légaux ou réglementaires soient le meilleur moyen pour y parvenir.

Reto Savoia, CEO adjoint de Deloitte Suisse, donne son interprétation de ces résultats: « Les membres des Conseils d’administration suisses établissent une différence claire entre diversité et égalité des sexes. Ils ont appris que la diversité au sein des organes dirigeants avait une influence positive sur la réussite des affaires. En revanche, garantir l’égalité de représentation des femmes dans les Conseils d’administration ne constitue pas, à leurs yeux, une priorité. Bien que la valeur indicative proposée par la Confédération puisse être mise en œuvre sans trop d’efforts, la mise en place de quotas de toutes sortes fait l’objet d’un refus catégorique. »

Les thèmes relatifs aux RH gagnent en importance

Le thème principal relatif aux Conseils d’administration reste, dans ce troisième swissVR Monitor, l’accroissement de l’efficacité et l’optimisation des processus (40%), suivi par les thèmes de la numérisation (38%) et de la révision de la stratégie d’entreprise (35%). Les défis en termes de ressources humaines au niveau de la direction occupent la quatrième place. En cinquième position, la gestion des talents et le recrutement ont progressé, puisqu’ils occupaient la septième place en août 2017. Il y a un an, ce thème se trouvait encore en 11eme position. La gestion des risques (25%) et la compliance (24%) ont également gagné en importance. Les participants ont pu choisir, parmi plusieurs dizaines de thèmes relatifs au Conseil d’administration, les cinq thèmes les plus importants au cours des 12 derniers mois.

Augmentation de l’investissement en temps

D’après bon nombre de participants à l’enquête, leur environnement de travail s’est considérablement modifié en un an. Le temps consacré aux activités du Conseil d’administration a augmenté au cours des 12 derniers mois pour plus de la moitié des répondants (56%). Une majorité de personnes interrogées évoquaient déjà cette augmentation l’année dernière. L’échange avec la direction s’est également intensifié pour plus de la moitié des personnes interrogées. Près d’un tiers d’entre elles constatent également une hausse de la pression de la réputation et de l’influence des actionnaires au cours de la dernière année.

Christoph Lengwiler, enseignant à l’Institut de Services Financiers de Zoug (IFZ) de la Haute Ecole de Lucerne et Vice-Président de swissVR, explique : « Le travail au sein du Conseil d’administration est de plus en plus exigeant et demande de plus en plus de temps, car la diversité des thèmes et le formalisme s’intensifient. Les tâches ne consistent plus, depuis longtemps, à simplement fixer la stratégie et à nommer les membres de la direction. Ce constat se reflète également dans le nombre d’aspects cités comme thèmes principaux par les personnes interrogées dans le cadre du swissVR Monitor I/2018. Même si les Conseils d’administration répondent à cette expansion de thèmes par une plus grande diversité au sein des organes, chaque membre doit toutefois réussir à traiter cette large palette de thèmes s’il veut exécuter sa tâche sérieusement. »

Des perspectives réjouissantes pour la conjoncture et l’entreprise

Les membres de Conseils d’administration interrogés s’attendent à une évolution positive de la conjoncture suisse au cours des 12 prochains mois (67%) et sont plus optimistes qu’il y a six mois ou un an. Les répondants envisagent les perspectives économiques de manière un peu plus positive que celles de leur propre société (64%). Les membres des Conseils d’administration des secteurs de l’information et de la communication sont particulièrement optimistes quant à l’avenir de leur entreprise (86%). Les perspectives pour le secteur de l’industrie manufacturière et le secteur Life Sciences sont également au-dessus de la moyenne (66%).

Les membres de Conseils d’administration ont également évalué sur une échelle de 1 à 5 la signification actuelle et future de facteurs externes pour leur entreprise. L’importance la plus grande est accordée à l’évolution de l’économie en Suisse (4,0) et à celle de l’économie à l’étranger (3,5). Pour ces deux facteurs, la tendance future envisagée est une amélioration (respectivement 43% et 41% des personnes interrogées).

Utiliser durablement les bénéfices

Une importance relativement élevée (3,4) est également accordée au taux de change du franc suisse par rapport à l’euro et au dollar. Près d’un tiers des personnes interrogées s’attend en outre à une appréciation du franc suisse tandis qu’un tiers d’entre elles pense qu’il va se déprécier. Le niveau des taux d’intérêt (3,2) et l’inflation (3,0) sont d’autres possibles facteurs d’influence dont l’importance est considérée comme moyenne. La majorité des personnes interrogées escompte une hausse dans les deux cas.

Au sujet des perspectives et des conditions cadres, Christian Wunderlin, président de swissVR, déclare: « Beaucoup d’entreprises estiment avoir plus de succès que la moyenne du secteur mais ne pensent pas que leur croissance sera nettement supérieure à celle de l’économie générale. En fin de compte, les perspectives sont très positives, tout comme les conditions cadres pour les entreprises qui ne l’avaient plus été depuis longtemps. Il s’agit de renforcer activement leur positionnement durable avec les bénéfices réalisés. Il est crucial d’investir dans les personnes et leur formation pour y parvenir. »

Un besoin accru de diversité et de savoir-faire numérique dans les Conseils d’administration suisses
Cela vous a-t-il été utile ?