Les développements géopolitiques – un défi et une opportunité

swissVR Monitor – Enquête auprès des conseils d’administration en Suisse

Vous êtes membre d’un conseil d’administration et vous souhaitez participer à notre enquête ?

Résumé

Une majorité de membres de conseils d'administration estime que les risques géopolitiques auront un impact sur leur entreprise dans un avenir proche. Les conseils d'administration considèrent ces risques à la fois comme un défi et comme une opportunité pour favoriser l'innovation et améliorer leur efficacité. La plupart des conseils d'administration ne prennent néanmoins qu'un nombre limité de mesures pour identifier, évaluer et gérer les risques géopolitiques et leur impact. Ainsi, une majorité relative de conseils d'administration peut être classée dans la catégorie des parieurs géopolitiques, c’est-à-dire qu’ils sont exposés à un risque élevé, voire très élevé, d’être impactés par les développements géopolitiques mais qu’ils prennent peu de mesures pour identifier, évaluer et gérer ces risques.

À propos de l’enquête

Réalisée par l’association swissVR en collaboration avec Deloitte et la Haute école de Lucerne, l’enquête swissVR Monitor a pour objectif de recueillir, tous les six mois, l’opinion des membres de conseils d’administration suisses sur les perspectives conjoncturelles, sectorielles et commerciales ainsi que sur des questions de gouvernance d’entreprise. L’étude permet par ailleurs au grand public de découvrir le point de vue d’administratrices et d’administrateurs sur la manière dont ils/elles perçoivent leur rôle et sur la situation économique actuelle. Chaque numéro se focalise sur une thématique centrale et présente, dans ce cadre, des éclairages d’experts recueillis sous forme d’interviews. Fondée sur un sondage réalisé auprès de 420 membres de conseils d’administration, la présente édition du swissVR Monitor dresse un tableau fidèle des points de vue des conseils d’administration en Suisse et des défis qui les attendent.

Points-clés de l’enquête

Les administrateurs et les administratrices sont nettement plus pessimistes s’agissant des perspectives économiques, sectorielles et commerciales. Le nombre de répondants qui anticipent une détérioration des perspectives économiques au cours des 12 prochains mois dépasse celui des sondés qui s’attendent à une amélioration. Ces résultats s’expliquent par plusieurs facteurs possibles, parmi lesquels : la guerre en Ukraine, les restrictions post-Covid-19 mises en œuvre dans certaines régions d’Asie et la hausse rapide de l'inflation.

Plus de la moitié des membres de conseils d'administration interrogés estiment que l'impact potentiel des risques géopolitiques sur leur entreprise au cours des 12 prochains mois est élevé ou très élevé. La plupart des autres répondants supposent que les risques pour leur entreprise seront faibles dans un avenir proche, et 4 % jugent les risques très faibles. Il existe un lien direct entre la taille de l'entreprise et l'impact potentiel des risques géopolitiques. Des différences sectorielles ont également été observées : les organisations tournées vers le marché intérieur qui opèrent dans le secteur des services aux entreprises estiment que l'impact potentiel des risques géopolitiques sur leur entreprise est inférieur à la moyenne.

Presque toutes les personnes interrogées déclarent que leur conseil d'administration prend des mesures pour identifier, évaluer et gérer les risques géopolitiques. Les conseils d'administration des grandes entreprises ont déclaré prendre davantage de mesures que ceux des moyennes ou petites entreprises.

Si l’on combine la gravité de l’impact potentiel des risques géopolitiques et le nombre de mesures prises par les conseils d'administration pour y faire face, il est possible d’établir une typologie des conseils d'administration. Nous avons ainsi défini quatre groupes différents : les parieurs géopolitiques, les non-interventionnistes géopolitiques, les prévoyants géopolitiques et les gestionnaires géopolitiques.

Un peu moins de la moitié des personnes interrogées sont plutôt d'accord ou tout à fait d'accord pour dire que la guerre a un impact sur leur entreprise. Selon les 52 % restants, elle n’aurait que peu ou pas d’impact sur les activités de leur entreprise. Les membres des conseils d'administration donnent des réponses similaires lorsqu'on leur demande si la guerre en Ukraine a incité leur conseil d’administration à se focaliser davantage sur les risques géopolitiques dans d'autres pays. Un peu plus de la moitié des conseils d'administration analysent en permanence l’évolution de la situation en Ukraine, procèdent à des analyses de scénarios et évaluent leur impact potentiel sur l'entreprise.

Les administrateurs et les administratrices sont nettement plus pessimistes s’agissant des perspectives économiques, sectorielles et commerciales. Le nombre de répondants qui anticipent une détérioration des perspectives économiques au cours des 12 prochains mois dépasse celui des sondés qui s’attendent à une amélioration. Ces résultats s’expliquent par plusieurs facteurs possibles, parmi lesquels : la guerre en Ukraine, les restrictions post-Covid-19 mises en œuvre dans certaines régions d’Asie et la hausse rapide de l'inflation.

Plus de la moitié des membres de conseils d'administration interrogés estiment que l'impact potentiel des risques géopolitiques sur leur entreprise au cours des 12 prochains mois est élevé ou très élevé. La plupart des autres répondants supposent que les risques pour leur entreprise seront faibles dans un avenir proche, et 4 % jugent les risques très faibles. Il existe un lien direct entre la taille de l'entreprise et l'impact potentiel des risques géopolitiques. Des différences sectorielles ont également été observées : les organisations tournées vers le marché intérieur qui opèrent dans le secteur des services aux entreprises estiment que l'impact potentiel des risques géopolitiques sur leur entreprise est inférieur à la moyenne.

Presque toutes les personnes interrogées déclarent que leur conseil d'administration prend des mesures pour identifier, évaluer et gérer les risques géopolitiques. Les conseils d'administration des grandes entreprises ont déclaré prendre davantage de mesures que ceux des moyennes ou petites entreprises.

Si l’on combine la gravité de l’impact potentiel des risques géopolitiques et le nombre de mesures prises par les conseils d'administration pour y faire face, il est possible d’établir une typologie des conseils d'administration. Nous avons ainsi défini quatre groupes différents : les parieurs géopolitiques, les non-interventionnistes géopolitiques, les prévoyants géopolitiques et les gestionnaires géopolitiques.

Un peu moins de la moitié des personnes interrogées sont plutôt d'accord ou tout à fait d'accord pour dire que la guerre a un impact sur leur entreprise. Selon les 52 % restants, elle n’aurait que peu ou pas d’impact sur les activités de leur entreprise. Les membres des conseils d'administration donnent des réponses similaires lorsqu'on leur demande si la guerre en Ukraine a incité leur conseil d’administration à se focaliser davantage sur les risques géopolitiques dans d'autres pays. Un peu plus de la moitié des conseils d'administration analysent en permanence l’évolution de la situation en Ukraine, procèdent à des analyses de scénarios et évaluent leur impact potentiel sur l'entreprise.

Les 10 thèmes clés des conseils d’administration

La formulation d'une nouvelle stratégie d'entreprise est désormais une priorité absolue pour les conseils d'administration. La gestion des talents ainsi que la digitalisation / robotique / automatisation sont des thèmes particulièrement importants pour les conseils d'administration. La question de l’élaboration d'une nouvelle stratégie d'entreprise reflète probablement le changement stratégique qu’il a été nécessaire d’adopter en raison de la pandémie de Covid-19, à savoir les modifications du modèle économique de l'entreprise, mais aussi la digitalisation, troisième thématique la plus fréquemment citée. La gestion des talents continue de gagner en importance pour devenir même une priorité absolue au cours des 12 prochains mois.

Classement

2021 2020 Issues
1 3 Élaboration d’une nouvelle stratégie d’entreprise
2 2 Talents (y compris le recrutement, la rétention)
3 1 Digitalisation / Robotisation / Automatisation
4 4 Gain de performance / Optimisation des processus internes
4 4 Adaptation aux tendances du marché / Attitude concurrentielle
6 4 Gestion des risques
7 9 Mise sur le marché (stratégie marketing et commerciale)
8 - Durabilité / responsabilité sociétale
8 9 Conformité (respect de la législation et du code de conduite interne)
10 - Culture d’entreprise

Discours

Membre du conseil d’administration d’UBS Suisse, de SYNLAB, d’Implenia et de Deutsche Börse

Barbara Lambert

« Avec la rapidité, l’imprévisibilité et l’ampleur des conséquences des évolutions géopolitiques qui ne diminueront pas dans les années à venir, il est nécessaire que le conseil d’administration prenne des décisions tactiques et stratégiques de grande envergure. »

Membre du conseil d’administration de skyguide et de Swiss Innovation Forces

Aldo Schellenberg

« En tant qu’organe de direction stratégique, le conseil d’administration a la responsabilité de suivre activement les évolutions géopolitiques, de mettre en évidence les opportunités et les risques qui en découlent pour son secteur et son entreprise et d’en tirer les conséquences pour sa propre action. »

Directeur du Geneva Centre for Security Policy

Thomas Greminger

« Face à ce nouveau contexte et à ses répercussions, l’économie suisse peut adopter deux approches différentes : se concentrer sur des partenaires économiques sûrs et géopolitiquement proches comme l’Union européenne (qui est déjà son partenaire économique le plus important) ou accroître le nombre et diversifier l’origine de ses partenaires. La diversification est, en effet, un atout fondamental pour limiter l’impact d’un choc. »

Reto Savoia

CEO
Boardroom Programme Co-Chair

rsavoia@deloitte.ch +41 58 279 6357 Voir le profil

Michael Grampp

Research Director & Chief Economist

mgrampp@deloitte.ch +41 58 279 6817 Voir le profil

Daniel Laude

Assistant Manager

dlaude@deloitte.ch +41 58 279 6435 Voir le profil

Soumettre une demande de proposition

Contactez-nous