Communiqués de presse

Les PME accélèrent la relance de l’activité M&A en Suisse

Un clivage est observé entre la Suisse romande et la Suisse alémanique

Zurich/Genève, le 31 janvier 2017

En 2016, le marché suisse des fusions et acquisitions (« M&A ») est avant tout marqué par une forte activité transfrontalière. A cet égard, les PME restent clairement le moteur du marché M&A en Suisse. L’étude semestrielle de Deloitte couvrant les activités M&A des PME suisses observe à la fois une forte reprise des acquisitions de PME suisses par des entreprises étrangères et une augmentation des acquisitions de PME suisses à l’étranger. L’année 2017 devrait s’inscrire dans cette tendance et confirmer la reprise de l’activité M&A en Suisse. Par ailleurs, Deloitte a procédé pour la première fois à une classification par canton, mettant en évidence un clivage important entre la Suisse alémanique, la Suisse romande et le Tessin.

Le marché Inbound1 a enregistré une croissance de 44 % en 2016, ce qui fait de lui le principal vecteur de la reprise de l’activité M&A des PME. Au cours de la même période, le marché Outbound2 a augmenté de 13%. Les PME suisses ont nettement privilégié les acquisitions avec participation étrangère: pour la quatrième année consécutive, le nombre de transactions réalisées sur le marché domestique est en baisse (-18%) alors que l’activité transfrontalière est de plus en plus importante. Sa part a augmenté, passant de 58% des transactions en 2015 à 68% en 2016.

Le climat persistant d'incertitude a légèrement ralenti l’activité M&A l’année dernière, mais pas dans le secteur des PME suisses. Le nombre de transactions a augmenté (176 contre 191 en 2015) sans toutefois atteindre les niveaux de 2013 (231 transactions) et 2014 (216 transactions).

« Cet essor démontre la capacité de l’économie suisse à s’adapter à un nouvel environnement. Malgré la pression persistante sur le franc, les PME suisses les plus solides ont repris leurs dépenses d’investissement. D’un autre côté, les acquéreurs étrangers se sont montrés extrêmement opportunistes, principalement en raison de la reputation, du haut niveau de technologie et de la grande qualité des services des petites et moyennes entreprises suisses », précise Jean-François Lagassé, Associé responsable du département Financial Advisory de Deloitte en Suisse.

Reprise des activités Outbound, marché domestique en berne

Les PME suisses ont accéléré leurs acquisitions à l’étranger avec 61 transactions (+13% contre 2015) – un record depuis le lancement de l'étude. Leurs partenaires privilégiés restent l’Allemagne (16 acquisitions) et les Etats-Unis (9). Les perspectives plus optimistes de l’économie suisse et la force persistante du franc poussent les PME suisses à effectuer plus d’acquisitions stratégiques à l’étranger. Cette politique de croissance externe leur permet de se diversifier dans d’autres régions et d’autres secteurs d’activité.

Au cours des dernières années, le marché domestique a fortement diminué avec un nombre de transactions en baisse de 42% entre 2013 et 2016. Cette diminution du nombre de transactions au niveau domestique peut s’expliquer par la propension des entreprises suisses à étendre leurs activités à l’étranger, réduire l’exposition au marché suisse et donc favoriser des transactions de type Outbound.

Intérêt marqué pour les services, notamment de la part des fonds de private equity

Le marché Inbound a été l’élément déterminant du surplus total de transactions en 2016. Après une chute de 40% en 2015, il a augmenté de près de 44% en 2016. Pour la première fois, Deloitte a procédé à une classification par canton des PME suisses ayant fait l’objet d’une acquisition , dont il ressort que les cantons de Zurich, Berne, Genève et Vaud arrivent en tête. Cette classification met toutefois en évidence un clivage important entre la Suisse alémanique (71% des transactions) et la Suisse romande (28%), ainsi que le Tessin (2%).

Plus de 60% des transactions Inbound et domestiques proviennent du secteur des services et de l’industrie. Cela donne une indication claire de la qualité de la formation et de l’efficience du secteur des services, ainsi que de la résilience de l'industrie suisse. Un univers d’acquéreurs toujours plus varié exploite ces possibilités : la France s’est montrée la plus active (19 acquisitions) devant le Royaume-Uni (9), l’Allemagne et les Etats-Unis (8 chacun), mais des entreprises asiatiques intensifient également leur activité d’acquisitions en Suisse.

Stephan Brücher, Associé au sein du département Financial Advisory de Deloitte en Suisse, déclare : « Malgré un franc fort persistant, les PME suisses sont appréciées tant par les acquéreurs européens qu’asiatiques, notamment chinois. Bien qu’une partie de ces acquisitions concerne des grandes entreprises, les PME suisses représentent des actifs très intéressants pour les investisseurs chinois, principalement dans les secteurs de l’horlogerie et de l’hôtellerie. Les investisseurs chinois constituent des partenaires de premier plan pour les PME, notamment en cas de succession. Mais les raisons ne sont pas uniquement d’ordre financier. Dans une optique d’investissement à long terme, ces investisseurs étrangers souhaitent bénéficier du savoir-faire helvétique. »

« Les fonds de private equity montrent eux aussi un intérêt croissant pour les petites et moyennes entreprises suisses. Les conditions de financement attrayantes et la recherche d’investissements dans des entreprises de qualité les motivent de plus en plus à miser sur des PME suisses. » Au total, 23 PME ont été la cible d’une acquisition par un fonds d’investissement, ce qui marque une hausse de 28% par rapport à l’année précédente et un premier retournement de la tendance baissière continue depuis 2013.

Les perspectives pour 2017

Jean-François Lagassé s’exprime sur les perspectives de l’année à venir : «Il reste de nombreux défis à relever, comme le franc fort et la pression sur les marges de certains secteurs-clés de l’économie suisse, et ce en dépit de la légère croissance attendue du PIB (+1,8%). L’année 2017 devrait malgré tout s’inscrire dans la tendance de l’année dernière et confirmer la reprise de l’activité M&A en Suisse. Les PME disposant d'un financement solide privilégieront les transactions pour stimuler leur croissance, d’autant plus que les bonnes conditions en matière de taux d'intérêt favorisent ce type d’opérations. L’intérêt des acquéreurs étrangers, notamment asiatiques, pour les PME suisses restera marqué cette année encore.»

***

1Transaction Inbound = acquisition d’une PME suisse par une entreprise étrangère
2Transaction Outbound = acquisition d’une entreprise étrangère par une PME suisse
3Inclut les transactions domestiques et Inbound

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines Audit & Risk Advisory, Fiscalité et juridique, Consulting et Financial Advisory. Avec plus de 1’700 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 245’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). DTTL est une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée DTTL. Deloitte SA est une société d’audit agréée et surveillée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Deloitte North West Europe fait référence à Deloitte North West Europe LLP, qui prendra effet à partir du 1er juin 2017 en tant que société membre de DTTL.

© 2017 Deloitte SA. Tous droits réservés.

Cela vous a-t-il été utile ?

Sujets connexes