Points de vue

Seulement un bon tiers des smartphones sont réutilisés en Suisse

Le smartphone devient de plus en plus indispensable

En Suisse, ne pas posséder de smartphone devient rare. Les smartphones évoluent en une «boîte à outils» polyvalente pour tous les aspects de la vie et, à l'avenir, deviendront un assistant de plus en plus indispensable. Les utilisateurs pourraient mieux faire lorsqu'il s'agit de réutiliser leurs anciens appareils.

Les conclusions de l'enquête Global Mobile Consumer Survey 2018 révèlent que 92% de tous les adultes en Suisse possèdent au moins un smartphone. On observe des tendances similaires à l'étranger et à l'échelle mondiale.

Auparavant, la transition du téléphone mobile classique vers le smartphone était le principal moteur de croissance du chiffre d’affaires généré par la vente de smartphones. Mais aujourd'hui, la situation a changé. Le nombre de personnes ne possédant pas de smartphone mais prévoyant d'en acheter un est trop faible pour avoir une influence remarquable sur les revenus commerciaux.

À l’avenir, il pourrait être possible de réaliser des bénéfices par le biais de nouvelles applications pour smartphone qui facilitent la vie et le travail. Certaines de ces applications pourraient devenir des outils indispensables pour un bon nombre de professions. En particulier, les applications de réalité augmentée (RA) recèlent un potentiel significatif que l'entrée en vigueur de la norme 5G permettra de dévoiler. 

Certains secteurs, en particulier le commerce de détail, le bâtiment et la santé, ont de grandes attentes en ce qui concerne les opportunités que peuvent offrir les applications de réalité augmentée. En outre, la formation et l'éducation pourraient recourir de plus en plus à des applications de RA sur smartphone. Ces développements sont des moteurs de marché potentiels.

Bjørnar Jensen, Associé responsable du secteur TMT chez Deloitte Suisse

Alors que les nouveaux smartphones sont en train de conquérir la Suisse, que font les consommateurs de leurs anciens appareils? 17% d'entre eux les donnent à des amis ou à des membres de leur famille, et une part encore plus importante (37%) les gardent dans un tiroir, «au cas-où». Ce fort pourcentage pourrait s'expliquer par les prix de plus en plus élevés des nouveaux appareils, qui dépassent souvent les 1’000 francs suisses. Bien que de nombreux consommateurs en Suisse aiment acheter le modèle le plus récent et de la plus haute qualité, ils trouvent également rassurant d'avoir un appareil de secours si leur nouveau téléphone venait à être endommagé.

De nombreux appareils de seconde main sont réutilisés

Parmi les autres participants en Suisse, 17% déclarent vendre leurs anciens téléphones et 9% achètent leurs téléphones d'occasion. Le marché de seconde main pour les smartphones est en pleine croissance et en train de devenir une opportunité commerciale intéressante.

Certains clients ne sont pas prêts à dépenser plus de 1’000 francs suisses pour un nouveau smartphone, ou préfèrent acheter un appareil d'occasion pour des raisons environnementales. Quelques fournisseurs suisses commencent à rencontrer un certain succès avec leurs offres de téléphones d'occasion qu’ils nettoient et réparent au préalable, et souvent vendent même avec une garantie.

Roger Lay, Directeur Mobile Enterprise Deloitte Digital

Le nombre d'appareils recyclés en Suisse reste assez faible: seulement 6% des participants déclarent recycler leur appareil gratuitement, en le ramenant à leur opérateur de téléphonie mobile ou dans un magasin de produits électroniques. En comparaison, 10% des participants du Royaume-Uni recyclent leurs téléphones.

Plus inquiétant, 7% des participants suisses jettent tout simplement leur ancien téléphone à la poubelle après en avoir acheté un nouveau. Plus de 80’000 téléphones mobiles finissent ainsi incinérés en tant que déchets chaque année en Suisse. Compte tenu de la pénurie croissante d’un bon nombre de matières premières nécessaires pour la fabrication de smartphones, le fait de jeter un ancien appareil est extrêmement problématique.

Non seulement d’un point de vue environnemental, mais aussi d’un point de vue économique, il serait plus sensé de réutiliser un appareil. Une incitation financière et la sensibilité grandissante en faveur de l'environnement pourraient motiver davantage de consommateurs suisses à recycler ou revendre leurs téléphones.

Cela vous a-t-il été utile ?