Point de vue

Millennial Survey - 10ème édition

Environnement, inégalités et stress au travail 

Les Millennials (personnes nées entre 1980 et la fin des années 1990) et la Génération Z (personnes nées entre 1997 et 2010) ont atteint leur majorité au moment où les plateformes en ligne et les réseaux sociaux leur ont donné la possibilité et le pouvoir de partager leurs opinions, d'influencer des personnes et institutions éloignées, et de remettre en question l'autorité de manière inédite. Ces forces ont façonné leurs visions du monde, leurs valeurs et leurs comportements.

La capacité des Digital Natives à se connecter, à se réunir et à créer des ruptures via leurs claviers et leurs smartphones a eu un impact mondial. De #MeToo à Black Lives Matter, des marches sur le dérèglement climatique au printemps arabe, de la demande de produits écologiques la remise en question des produits respectueux de l'environnement ou de la remise en cause du capitalisme des parties prenantes, ces générations imposent un réel changement réel dans la société et les entreprises.

Les fermetures résultant de la pandémie de COVID-19 ont réduit les activités des milléniaux et de la génération Z, mais pas leur dynamisme ni leur désir d'être entendus. En fait, l'enquête mondiale Deloitte sur les Millennials de 2021 suggère que la pandémie, les phénomènes extrêmes, ainsi qu'une atmosphère sociopolitique tendue, pourraient avoir renforcé les passions des gens et leur avoir donné de l'oxygène.

L'obligation de rendre des comptes

Le rapport de l'année dernière reflétait les résultats de deux enquêtes - l'une réalisée juste avant la pandémie et la seconde en avril 2020 – et soulignait la résilience des Millennials et de la Gen Z. Avec la dévastation de la pandémie affectant pratiquement tous les aspects de la vie, ils ont été capables de voir et de tirer et profiter des quelques points positifs - dîners à la maison, pas de déplacements - et de voir les opportunités à venir.



L'humeur a changé depuis : l'usure de la dernière année - être enfermé et isolé, vivre avec la peur constante de tomber malade ou de voir ses proches tomber malade, et être témoin d'événements dévastateurs à travers le monde - a considérablement réduit l'optimisme.

L'enquête de cette année montre toutefois de plus en plus clairement que les Millennials et la Génération Z ne sont pas seulement résilients – ils canalisent leur énergie pour se tenir à se responsabiliser et à responsabiliser les autres. Ils sont les personnes les plus susceptibles de dénoncer le racisme et le sexisme, et à fuir les entreprises et les employeurs dont les actions sont en conflit avec leurs valeurs personnelles.

Bien sûr, il s'agit d'une généralité - aucun groupe de personnes n'est homogène. Mais les Millennials et la Génération Z, dans l'ensemble, semblent plus persistants, plus bruyants et plus aptes que d'autres à remettre en question, voire à bouleverser le statu quo. Ces générations croient au pouvoir des individus de créer le changement. Même s'ils veulent que les institutions en fassent plus et n'hésitent pas à demander l'intervention du gouvernement pour réparer ce qu'elles ne peuvent pas faire, ils embrassent la responsabilité personnelle. C'est évident dans leur approche de tout, de la pandémie à la justice sociale - une approche qui a des ramifications réelles pour les employeurs, les détaillants et toute autre organisation ou institution.

L'enquête mondiale de cette année s'est penchée sur des sujets liés à la pandémie, notamment ses effets sur les comportements, les niveaux de stress et les opinions des répondants. Comme toujours, l'enquête a porté sur la satisfaction des personnes interrogées quant au rôle des entreprises dans la société. Et elle a approfondi les questions qui intéressent les Millennials et la Génération Z, notamment l'environnement, l'égalité sociale et la discrimination.







Focus sur les Millennials et la GenZ en France




L’environnement, une préoccupation majeure pour les générations Y et Z

L’inquiétude des millennials et de la GenZ à l’égard du dérèglement climatique est plus élevée en France qu’au niveau mondial. Cette inquiétude s’accompagne d’un pessimisme quant à l’engagement environnemental à titre personnel après la pandémie :

  • 75% des millennials et de la Genz francais pensent que l’engagement environnemental à titre personnel ne s’améliorera pas après la pandémie.
  • .





    En France et à l’étranger, la vision des inégalités de revenus est similaire

  • 2/3 des répondants dans le monde sont convaincus que la richesse et les revenus sont inégalement répartis.
  • Cependant jeunes Français sont plus sceptiques que leurs homologues quant à l’efficacité de mesures gouvernementales pour réduire ces inégalités, telles que l’instauration d’une loi pour limiter les écarts de salaires au sein d’une même entreprise ou la mise en place d’un revenu universel mensuel .







    Discrimination et racisme systémique, générations en action

    Les générations Y et Z évoquent une discrimination et un racisme systémiques étendus dans l’entièreté de la société, en France et à l’étranger. Pour eux, les acteurs qui agissent pour réduire ces problèmes sociétaux sont les individus et les militants. Le système éducatif, législatif, gouvernemental et professionnel ne répondent pas aux attentes des jeunes pour contrer ces phénomènes répétitifs et systémiques :

  • 1 répondant sur 5, dans le monde, se sent personnellement discriminé de par ses origines. Cependant, les millennials français se sentent moins discriminés que leurs homologues, notamment sur leur lieu de travail (-7 points), c’est l’inverse pour les membres de la génération Z qui se sentent plus discriminés que leurs alter ego.
  • .





    Stress et anxiété, des générations touchées

  • 46% des membres de la génération Z et 40% des milléniaux, au niveau mondial, ont déclaré se sentir stressés en permanence ou la plupart du temps
  • 57% des jeunes de la génération Z et 49% des milléniaux, au niveau national, se sentent stressés au quotidien
  • Ainsi, la tendance anxiogène est accentuée en France mais on observe aussi une vraie dichotomie entre les deux générations : alors que les membres de la génération Z citent comme cause première de leur anxiété leur travail actuel/leur carrière professionnelle, ce n’est que la 5ème source d’inquiétude pour les milléniaux.





    Une utilité sociale à démontrer pour les entreprises

    On observe un effet négatif de la crise sanitaire sur le moral des jeunes générations. Les jeunes Français ont une vision plus pessimiste du futur que leurs homologues à l’international, notamment sur les aspects environnementaux, économiques et sociaux. Tout n’est pas sombre pour autant : les Français membres de la génération Z sont plus positifs que leurs aînés et croient davantage à un monde d’après vecteur de transformations positives. Ils sont plus nombreux à penser que l’entreprise peut avoir un impact sociétal positif et à estimer qu’elles les ont bien accompagnés pendant la crise. Avec une économie qui redémarre, on peut raisonnablement penser que leur anxiété vis-à-vis de leur avenir professionnel se dissipera progressivement. Le développement de nouveaux modes de travail et de dispositifs RSE permettront aux entreprises de répondre aux attentes des jeunes, de satisfaire leur quête de sens au travail, d’améliorer leur bien-être et donc leur productivité..

    Franck Chéron, Associé Conseil Capital Humain chez Deloitte.


    Cette étude a été réalisée auprès de 14 600 personnes, dans 45 pays. En France, ce sont 801 personnes qui ont répondu à cette enquête ; 500 personnes issus de la génération Y (les milléniaux), et 301 issus de la génération Z (les répondants étant constitués à part égale d’hommes et de femmes pour les deux catégories). :

    Millennials Survey 2021

    Environnement, inégalités et stress au travail parmi les principales sources de préoccupation des jeunes

    Prénom *
    Nom *
    E-mail *
    Organisation*
    Fonction *
    Téléphone
    Geography
    URL Source
    Fichier téléchargé
    Form Handler
    UTM Campaign
    UTM Source
    UTM Medium
    *Champ obligatoire
    Télécharger l'étude

    Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ainsi qu’au règlement européen sur la protection des données personnelles 2016/679 (RGPD), vous pouvez exercer votre droit d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation du traitement, de portabilité de vos données et définir le sort de vos données personnelles après votre décès en vous adressant au service Marketing de Deloitte SAS : rgpd@deloitte.fr