remuneration-des-dirigeants

Etude

Rémunération des dirigeants

Quelle acceptabilité des actionnaires ?

L’acceptabilité des packages de rémunération des dirigeants mandataires sociaux est un sujet qui alimente le débat public et les réflexions législatives depuis plusieurs années en France et en Europe. La question soulevée par cette étude est celle de l’acceptabilité de ces packages par les actionnaires dans le cadre du dispositif de Say on Pay.

Le dispositif de Say on Pay exige que le conseil d’administration de toute société cotée soumette au vote des actionnaires, lors de l’assemblée générale, des résolutions relatives à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux.

Nous avons analysé l’influence de l’acceptabilité des packages de rémunération des dirigeants mandataires sociaux selon quatre critères :

•  le niveau de la rémunération ;
•  la performance de l’entreprise ;
•  les recommandations ISS ;
•  les facteurs structurels.

L’acceptabilité du niveau de rémunération des dirigeants analysée à travers le vote des actionnaires en assemblée générale est peu influencée par leur niveau, par la performance de l’entreprise ou par la structure du package, mais l’est beaucoup plus significativement par les recommandations des agences de conseil.

Ainsi, certains actionnaires semblent déléguer à l’agence de conseil en vote l’analyse de l’acceptabilité des package de rémunération des dirigeants, qui deviennent, de fait, un facteur d’influence significatif du vote des actionnaires, et ce, quelle que soit la thématique de la résolution présentée en assemblée générale par le conseil.

De la même manière, on constate qu’il n’existe pas de lien entre l’acceptabilité et la performance boursière et que les recommandations de vote défavorables sont plus fréquentes pour les résolutions présentées par les entreprises dont la performance boursière sur l’année 2017 était inférieure à la performance médiane du SBF 120.

Le niveau médian de rémunération d’un dirigeant du CAC 40 se situe à 4,8m€, réparti en 25% sur le salaire de base, 30% sur le bonus et 45% via un plan d’intéressement à moyen ou à long terme (plans cash, stock-options ou actions gratuites ou de performance).

« Au-delà de la question de l’acceptabilité du package, on constate toujours un écart de rémunération des dirigeants par rapport aux pratiques d’autres pays. Pour des niveaux comparables, l’écart de rémunération est de 25% par rapport à l’Allemagne, 33% par rapport au Royaume-Uni et près de 300% par rapport aux Etats-Unis. » conclut Philippe Burger, associé responsable Capital Humain de Deloitte.

Rémunération des dirigeants

Quelle acceptabilité des actionnaires ?