Posted: 27 Mar. 2020 5 Temps de lecture

Mesures de soutien accrues pour les entreprises

La Banque du Canada abaisse ses taux et prend des mesures pour soutenir le financement des entreprises

  • À la surprise générale, la Banque du Canada a abaissé son taux de financement à un jour de 50 points de base pour le ramener à 0,25 pour cent. Le gouverneur M. Stephen Poloz a indiqué qu’il s’agit à son avis de la limite inférieure des taux, car il estime que toute réduction supplémentaire des taux ou l’adoption de taux d’intérêt négatifs ne permettrait pas de stimuler davantage l’économie, ce qu’entrevoyait déjà Deloitte dans ses prévisions économiques.
  • La Banque du Canada a également annoncé le lancement d’un programme d’achat de papier commercial afin de pouvoir offrir un financement à court terme aux entreprises.
  • Afin d’atténuer les tensions sur le marché des instruments d’emprunt du gouvernement du Canada, la Banque commencera à acheter des titres du gouvernement fédéral. Ces achats se chiffreront à au moins 5 milliards de dollars par semaine et viseront tous les titres de la courbe de rendement.
  • Il s’agit à notre avis de mesures de relance monétaire considérables, auxquelles s’ajoutent les baisses de taux antérieures et les mesures concernant les liquidités. La Banque du Canada limite ainsi les contraintes financières pendant la crise et soutient les mécanismes de financement essentiels pour les entreprises.

Le gouvernement fédéral annonce des mesures de soutien pour les entreprises

  • Comme nous l’avons indiqué dans les points de vue économiques précédents, nous attendions avec impatience l’adoption de mesures supplémentaires du gouvernement fédéral pour soutenir les entreprises. Le premier ministre a annoncé aujourd’hui les mesures prises par le gouvernement à cet égard.
  • Le gouvernement du Canada fera passer de 10 % à 75 % les subventions salariales pour les entreprises admissibles afin de les aider à maintenir leurs effectifs en poste ou de réembaucher les employés mis à pied en raison de la pandémie. Cette mesure est semblable à celle qu’ont adoptée des pays comme le Danemark et le Royaume-Uni. Cette subvention sera rétroactive au 15 mars. Le programme initial prévoyant des subventions de 10 % visait les PME, et nous prévoyons que les subventions majorées viseront les petites entreprises.
  • La Prestation canadienne d’urgence (PCU) est toujours offerte aux particuliers ayant perdu leur emploi et aux travailleurs autonomes.
  • Le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes sera lancé. Les banques offriront aux entreprises admissibles des prêts sans intérêt (pour un an) de 40 000 $ garantis par le gouvernement, dont une tranche de 10 000 $ pourra être radiée si certaines conditions sont remplies.
  • Un montant de 12,5 G$ est offert en soutien à Export Développement Canada (EDC) et à la Banque de Développement du Canada (BDC) pour combler les besoins en trésorerie des PME. Les entreprises peuvent demander un prêt garanti par l’entremise d’une institution financière.
  • Il y aura un report des paiements de la TPS et de la TVH, ainsi que des droits et taxes sur les importations.
  • Ces mesures représentent un soutien significatif pour les PME et devraient aider nombre d’entre elles à résister à la tempête économique. Il n’en demeure pas moins que les temps à venir seront rudes et que certaines entreprises pourraient ne pas échapper à la faillite. Nous nous attendons maintenant à l’annonce de programmes d’aide pour les grands secteurs d’activité durement touchés. À suivre.

Lancement de mesures visant la chaîne d’approvisionnement en Colombie-Britannique (C.-B.)

  • La Colombie-Britannique a décidé d’agir par le biais de la réglementation pour influer sur les chaînes d’approvisionnement. Le fait est à noter, car il crée un précédent qui pourrait inciter d’autres gouvernements à prendre la même direction.
  • La Colombie-Britannique a établi une nouvelle unité provinciale de coordination de la chaîne d’approvisionnement. Cette unité, qui entre en fonction dès maintenant, va travailler en partenariat avec les acteurs du secteur pour coordonner la distribution des biens et services. Les détaillants et les fournisseurs doivent lui fournir la liste des biens essentiels, y compris les fournitures médicales destinées aux travailleurs en première ligne.
  • La Colombie-Britannique a interdit la revente de nourriture, de fournitures médicales, d’équipements de protection individuelle, de produits de nettoyage et d’autres fournitures essentielles. Le gouvernement et les détaillants réfléchissent également à la possibilité de fixer une limite de quantité par client pour certains produits essentiels.

Les banques canadiennes assouplissent les remboursements hypothécaires

  • Plus de 213 000 demandes de report de remboursements hypothécaires ont été traitées ou sont en cours de traitement par les six principales banques du pays. Le 17 mars, les banques ont annoncé le lancement d’un programme en vertu duquel les clients confrontés à des difficultés financières en raison de la COVID-19 pourront différer leurs paiements jusqu'à six mois.
  • Étant donné le fort endettement des ménages canadiens, ce programme constitue une mesure importante en vue d’atténuer les pertes de revenus des personnes. En son absence, les défauts de paiement de prêts hypothécaires et les faillites personnelles augmenteraient fortement. Il convient toutefois de garder à l’esprit que les répercussions négatives sur les revenus demeureront et qu’un taux d’endettement élevé freinera la reprise. 

Le G20 prêt à faire « tout ce qu’il faudra »

  • Les dirigeants des pays membres du G20 ont l’intention d’injecter 5 000 G$ US pour soutenir l’économie mondiale. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fond monétaire international (FMI), la Banque mondiale et les banques multilatérales et régionales de développement débloquent des enveloppes financières « conséquentes et cohérentes », de façon « rapide et coordonnée ».
  • De nombreux commentateurs ont interprété ces mesures comme un appel à tous les gouvernements à « faire plus pour tout le monde tout en agissant davantage pour [son] propre peuple ». 
  • Nous sommes d’avis que, tout comme ce fut le cas lors de la crise financière de 2008, la mise en place de mesures de relance budgétaire et monétaire coordonnées sera un facteur déterminant en vue d’une reprise. C’est la raison pour laquelle, à la lumière des mesures de relance massives décrites précédemment, de nombreux économistes – dont nous-mêmes – s’attendent à un rebond au second semestre après une contraction sans précédent au deuxième trimestre.

Perspectives économiques

Un aperçu régulièrement mis à jour par les Services économiques de Deloitte qui fournit des commentaires de l’économiste en chef Craig Alexander sur les derniers événements qui façonnent les économies canadienne et mondiale, incluant la croissance économique, les investissements d’entreprises, le commerce et l’activité sur les marchés. Notre analyse vous donne les connaissances nécessaires pour régler les problèmes d’affaires actuels les plus difficiles.

À propos de l’auteur

Craig Alexander

Craig Alexander

Économiste en chef et Conseiller de direction

Craig Alexander est le premier économiste en chef de Deloitte Canada, et il possède plus de vingt ans d’expérience dans le secteur privé à titre de cadre supérieur et d’économiste en chef dans les domaines de l’économie appliquée et des prévisions économiques. M. Alexander a effectué des recherches macroéconomiques et des analyses régionales et sectorielles, ainsi que des prévisions et de la modélisation relatives aux marchés fiscaux. Il est également un conférencier passionné, et il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en économie de l’Université de Toronto.