Perspectives

Les nouveaux professionnels

Par Natalie Trabucco

Auditeur adjoint I, Audit et Services-conseils

Pro ∙ fes ∙ sion ∙ nel adj. qui possède ou démontre les compétences propres à une personne professionnelle; compétent.

Lorsque mon arrière-grand-père est arrivé au Canada en plein cœur de la Grande Crise, il a rivalisé avec des centaines de travailleurs affamés pour creuser une tranchée maintenant connue sous le nom de canal Welland. Il est ensuite devenu le propriétaire d’une quincaillerie florissante. Le jour où son fils, mon grand-père, a obtenu son diplôme d’études secondaires, mon arrière-grand-père a pris sa retraite, laissant son fils de 18 ans gérer le magasin.

Bien des années plus tard, mon père a pris les rênes d’une entreprise que son père avait démarrée. Il l’a fait prospérer encore davantage en la faisant passer à l’ère numérique et en établissant un réseau d’exportation. Chaque génération a travaillé sans relâche et a bien incarné ce qu’est un véritable « professionnel ».

C’est maintenant à mon tour d’arriver sur le marché du travail. La plupart des personnes de notre génération ont eu la chance de décrocher un diplôme universitaire, mais cela ne garantit pas de trouver immédiatement un travail. Ma classe de comptabilité comprenait 119 personnes très intelligentes ayant des vues similaires, bon nombre d’entre elles espérant décrocher le poste chez Deloitte que j’ai la chance d’occuper aujourd’hui. Après l’obtention de nos diplômes, 40 de mes camarades n’avaient pas encore trouvé d’emploi dans le domaine de leur choix.

Heureusement, j’ai décroché l’emploi de mes rêves. Je compte parmi les 100 auditeurs adjoints de première année qui se sont joints au Cabinet en septembre 2014. Sur papier, nous nous ressemblons tous : nous avons travaillé fort pour arriver ici et nous voulons tous être à la hauteur. Mais nous ne sommes pas tous identiques : l’un de mes collègues a passé 10 ans en éducation spécialisée avant de décider de devenir un auditeur. Un autre a étudié la biologie pendant quatre ans et a fait une demande d’inscription dans une école de médecine. Un troisième possède une collection de guitares et a appris la musique de façon autodidacte. La moitié du groupe provient de Toronto; l’autre, dont je fais partie, provient de plus petites villes. Nous sommes des personnes différentes, mais nous nous posons la même question : comment puis-je être un véritable professionnel?

Je crois toutefois que nous passons à côté d’un point essentiel : comment notre génération se démarquera-t-elle? Comment notre génération de texteurs et de photographes amateurs un peu trop enthousiastes façonnera-t-elle l’avenir? Dois-je devenir cette personne en tailleur et en talons aiguilles qui file dans Bay Street, agrippée à son porte-documents? Je comprends maintenant que nous n’avons pas à suivre ce modèle. Et que mes pieds n’ont pas à souffrir autant.

Depuis que j’ai commencé mon emploi, je me suis rendu compte que je ne suis pas une professionnelle. Pas encore. Je suis une auditrice adjointe de première année fraîchement diplômée et j’apprends chaque jour sur l’audit et sur le monde réel. Je me retrouve parmi des collègues qui ne sont ni intimidants ni prétentieux, mais qui travaillent aussi fort et souhaitent autant être à la hauteur que moi.

Nous sommes les nouveaux professionnels. Nous ne savons pas encore ce que cela signifie, mais nous savons que c’est le début d’une grande aventure où nous travaillerons sans relâche pour que notre génération laisse sa marque.

Natalie est fraîchement diplômée de la Richard Ivey School of Business, en administration des affaires, avec spécialisation. Elle est actuellement une auditrice adjointe de notre pratique de Toronto.

Avez-vous trouvé ceci utile?