Points de vue

La hausse du tourisme au Canada renforce les exportations

Une nouvelle étude de Deloitte illustre les avantages cachés du tourisme pour l’économie nationale.

Notre analyse révèle qu’une hausse des arrivées internationales au Canada favorise ensuite les exportations. Découvrez pourquoi.

Écrit par Ryan Brain et Victor Lu

Vous invitez votre oncle de l’Inde à une exposition sur Emily Carr à Vancouver. Il termine son séjour de deux semaines par une excursion d’observation des baleines à Tofino. Lorsqu’il retourne chez lui, il rapporte quelques bonnes photos et d’excellents souvenirs.

En fait, il se pourrait bien que, en plus d’avoir vu le Canada sous un jour nouveau, votre oncle ait aussi appris à mieux apprécier les produits et les services canadiens.

Il n’est pas le seul. Une nouvelle étude de Deloitte indique un lien étroit entre la hausse du tourisme, que ce soit pour les affaires ou l’agrément, et la croissance des exportations canadiennes. Autrement dit, le raffermissement de l’industrie touristique pourrait avoir des répercussions positives sur les entreprises canadiennes et sur l’ensemble de l’économie.

Selon une récente étude, les entreprises dont les représentants avaient fait un voyage d’affaires au Mexique avaient 51 % plus de chances de faire des échanges commerciaux au sud de la frontière.

Question de chiffres

Il fut un temps où le Canada était une destination de choix pour les touristes. À l’époque bénie du début des années 70, le Canada venait au deuxième rang derrière l’Italie comme destination mondiale. Aujourd’hui, il se retrouve au 18e rang derrière des pays comme l’Ukraine et l’Arabie saoudite. Pis encore, le nombre de voyageurs internationaux au Canada a chuté de 20 % depuis l’an 2000.

À notre avis, bon nombre d’entre nous sous-estiment l’importance du tourisme pour l’économie canadienne. Voici quelques données :

  • Le secteur du tourisme canadien emploie plus de 600 000 personnes;
  • Cette industrie a généré des revenus de 22,7 G$ pour le gouvernement en 2011;
  • Le secteur représentait 2 % du produit national brut (PNB) du Canada en 2011.

Ces données ne tiennent pas compte des retombées indirectes du tourisme sur l’économie. Par exemple :

  • Les données de Statistique Canada révèlent qu’une hausse de 100 M$ des revenus provenant de l’industrie touristique produirait 69 M$ en retombées économiques indirectes pour les entreprises canadiennes d’autres secteurs. Cette somme est supérieure aux résultats indirects qui découleraient d’une hausse de revenus équivalente dans certains autres secteurs, notamment les suivantes :
    • Fabrication d’automobiles : 51 M$;
    • Mines : 50 M$;
    • Pétrole et gaz : 41 M$.

Recherche fondée sur des études existantes

Deloitte a utilisé des études existantes pour déceler des indices reliant le tourisme aux exportations.

Une récente étude du secteur de l’agroentreprise en Arizona indique que les entreprises dont les représentants avaient fait un voyage d’affaires au Mexique avaient 51 % plus de chances de faire des échanges commerciaux au sud de la frontière. Un autre nouveau document, rédigé par la chercheuse américaine Jennifer Poole, semble indiquer que les voyages jouent un rôle important dans la stimulation des échanges commerciaux entre des pays de langue différente1.

La raison?

L’industrie du voyage et du tourisme favorise les rencontres individuelles qui sont cruciales pour surmonter les barrières linguistiques et culturelles. Ces rencontres permettent aux gens d’établir les relations et la confiance nécessaires aux échanges commerciaux.

En même temps, les voyages donnent l’occasion de découvrir les produits d’un pays et contribuent à stimuler la demande extérieure pour ces produits. Une récente étude a révélé que les touristes allemands visitant l’Espagne contribuaient à stimuler la demande pour les vins espagnols en Allemagne  et, en particulier, les vins moins bien connus.

À partir des données canadiennes sur les exportations et les arrivées internationales contenues dans plusieurs modèles théoriques d’analyse de l’incidence du tourisme et du commerce, Deloitte a entrepris sa propre étude sur les retombées des arrivées internationales sur les exportations canadiennes.

Conclusions de notre nouvelle étude

D’après notre analyse, une hausse des arrivées internationales favorise les exportations dans l’année subséquente. Et même une hausse de 1 % des arrivées au Canada entraînerait une croissance des exportations canadiennes de 817 M$ au cours des deux années suivantes Partagez ce tweet. Cela fait aussi augmenter la gamme de biens et de services exportés.

En nous basant sur cette conclusion, nous pouvons donc déduire que si les arrivées internationales au Canada en 2011 avaient augmenté au même rythme qu’aux États-Unis, le volume des exportations canadiennes aurait pu augmenter de 4,17 G$. Cette somme correspond presque au total de nos exportations au Brésil et en Russie.

L’avenir

Si le Canada pouvait retrouver son ancienne place à titre de destination touristique courue, les retombées économiques pourraient être énormes.

Selon les études précédentes de Deloitte sur la productivité canadienne, les entreprises qui s’exposent à l’intensité de la concurrence sur le marché mondial deviennent plus innovatrices. Elles ont aussi plus de chances de rehausser leur croissance et de meilleures perspectives à long terme que les entreprises qui se limitent au marché national. En d’autres termes, investir dans le tourisme au Canada fera plus que renforcer l’industrie du tourisme; cela pourrait aussi contribuer aux exportations. En retour, les entreprises des autres secteurs deviendront plus concurrentielles et plus productives.

De toute évidence, il ne s’agit pas simplement de vendre plus de billets d’admission à nos galeries d’art et d’excursions d’observation des baleines. Il s’agit de notre avenir économique. Ces nouvelles conclusions soulignent l’importance de faire du Canada une destination accessible et attrayante.

Prenez connaissance de nos conclusions dans le rapport Passeport pour la croissance : L'incidence des arrivées internationales sur les exportations canadiennes. Transmettez-le à vos collègues et laissez-nous un commentaire.

  1. Poole, J., Business Travel as an Input to International Trade, 2012.

Passeport pour la croissance - comment les arrivées internationales stimulent l'exportation canadienne

Ryan Brain est associé directeur, Toronto.

Victor Lu est conseiller auprès de Monitor Deloitte. Il a corédigé le rapport.

Avez-vous trouvé ceci utile?