Communiqués de presse

Stagnation de l'adoption de l'intelligence artificielle par les entreprises canadiennes : Seulement 16 % d’entre elles utilisent cette technologie, une donnée inchangée depuis 2014

Selon un rapport de Deloitte, les entreprises et les consommateurs canadiens ne comprennent pas ce qu’est l’intelligence artificielle et s’en méfient

Montréal, le 21 novembre 2018 – Selon le dernier rapport de Deloitte, le Canada perd rapidement du terrain par rapport aux autres pays en ce qui concerne l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) et la demande quant à cette technologie, ce qui présente un risque pour les travailleurs canadiens et la compétitivité future du pays. Devant la stagnation de la proportion d’entreprises déclarant utiliser des technologies fondées sur l’IA, qui demeure à 16 % depuis quatre ans, Deloitte a examiné les raisons qui empêchent les entreprises d’y recourir pour résoudre leurs problèmes. L’étude conclut à un manque de compréhension et de confiance chez les consommateurs et les entreprises, qui ne sont pas non plus suffisamment au courant de ce que cette technologie a à offrir. L’incapacité des entreprises à lancer des projets pilotes de petite envergure est un autre obstacle relevé.

Le rapport, intitulé Impératif de l’IA au Canada : des prédictions à la prospérité, a été publié par l’intermédiaire d’Omnia AI, un service mis en place récemment par Deloitte. Le rapport souligne deux faits : l’existence d’une demande pour l’IA est essentielle à l’émergence d’un réel leadership, et les entreprises investissant dans l’IA ne sont pas assez nombreuses compte tenu de son potentiel de transformation. Il conclut également que, si le Canada continue sur cette voie, il risque de se priver des atouts que sont ses talents, ses entreprises en démarrage et la recherche menée au pays, qui risquent alors d’alimenter la croissance d’autres pays, comme les États-Unis et la Chine.

« L’IA n’est plus un phénomène à venir. Elle est là, et sa présence se fait déjà profondément sentir dans tous les aspects de nos vies et au sein de toutes les organisations de toutes les tailles et de tous les secteurs, déclare Mahdi Amri, leader national des Services d’IA à Omnia AI. Cette technologie transformera le processus décisionnel, optimisera l’efficacité, améliorera l’expérience client et suscitera une croissance rentable soutenue, mais le Canada ne suit pas le rythme. Les organisations canadiennes ne peuvent pas se permettre d’attendre passivement pour voir comment l’IA touchera leurs activités. Il est nécessaire qu’elles entrent en scène, commencent à adopter l’IA de façon plus notable pour les aider à régler leurs problèmes d’affaires, et suscitent une demande à l’égard de technologies que d’autres pays utilisent déjà pour libérer leur potentiel. »

Pour stimuler les discussions entre dirigeants des secteurs public et privé et inciter ces derniers à agir pour résoudre les problèmes les plus pressants de notre pays, Deloitte s’est penché sur les raisons qui expliquent cette perte de vitesse quant à l’IA. Voici ce qui est ressorti de cet examen :

  • Seulement 4 % des Canadiens sondés peuvent expliquer avec assurance ce qu’est l’IA et comment elle fonctionne.
  • Au total, 86 % des Canadiens affirment n’utiliser aucun outil ou appareil commandé par l’IA, alors que 76 % des Canadiens utilisent un téléphone intelligent doté d’assistants virtuels et de logiciels de cartographie : on constate donc un écart entre ce que les Canadiens définissent comme l’IA et la réalité.
  • Seulement 8 % des entreprises canadiennes sondées prévoient accroître leurs investissements de plus de 20 % au cours de la prochaine année, soit une proportion inférieure de 40 % à la moyenne mondiale.

« Il est indéniable que le manque de connaissances et la méfiance des entreprises et des consommateurs canadiens à l’égard de l’IA nuisent à son adoption, soutient Ashee Sarin, leader régionale à Omnia AI. Pourtant, le Canada a de quoi être fier de ses avantages en matière d’IA. En effet, grâce à des établissements comme l’Institut Vecteur, le Montreal Institute for Learning Algorithms (MILA) et l’Alberta Machine Intelligence Institute (AMII), nous sommes des leaders dans le domaine en ce qui concerne la recherche et les effectifs. Nous comptons également de solides pôles technologiques régionaux qui attirent les plus grands talents, mais nous devons nous doter d’une vision commune et définir collectivement une stratégie pour la contribution de l’IA à la prospérité afin que le Canada demeure le meilleur pays où vivre et travailler. »

Pour évaluer avec exactitude la situation actuelle au Canada et jeter un éclairage sur la voie à suivre, Deloitte a sondé plus de 1 000 Canadiens et 2 500 entreprises aux quatre coins du monde entre juillet et septembre 2018. Trois sondages ont été effectués, un pour chaque groupe cible donné :

  • Sondage auprès des citoyens : Afin de mesurer la compréhension, les attentes et les croyances des consommateurs canadiens en matière d’IA, Deloitte a sondé 1 019 Canadiens partout au pays. La marge d’erreur est de +/- 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.
  • Sondage auprès des entreprises canadiennes : Deloitte a également interrogé un groupe de 769 entreprises canadiennes à propos de leur utilisation des technologies émergentes, notamment l’IA. La marge d’erreur est de +/- 3,6 points de pourcentage, 19 fois sur 20.
  • Sondage sur l’état de l’IA dans les entreprises : Deloitte a aussi sondé les dirigeants de 300 grandes entreprises canadiennes et de 1 600 grandes entreprises étrangères qui se montrent ambitieuses dans leur adoption de l’IA. Ces entreprises devaient déclarer des revenus annuels mondiaux d’au moins 50 millions de dollars américains et avoir au moins 500 employés à l’échelle mondiale. La marge d’erreur est de +/- 5,7 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Cernant les défis et possibilités que présente l’IA, le rapport de Deloitte énonce la nécessité de parvenir à une vision commune des mesures nécessaires pour maximiser les retombées économiques et sociales qu’une utilisation efficace de l’IA permettrait à l’échelle des entreprises, des gouvernements et de la société. Il est dans l’intérêt du Canada de défendre une concurrence loyale à l’échelle mondiale par l’adoption de normes communes favorisant l’innovation et soutenant des valeurs humaines, tout en abordant également des questions comme la protection de la vie privée. Selon le rapport, les gouvernements et les entreprises ont un rôle crucial à jouer, et ces dernières devront participer pleinement à l’éducation en matière d’IA pour que le Canada émerge comme un leader dans le domaine.

« Pour devenir un chef de file international, le Canada doit d’abord susciter l’émergence d’un écosystème de premier plan sur son territoire, faire preuve d’un réel leadership pour créer de la demande et mettre en place de solides politiques publiques assurant aux citoyens la protection à laquelle ils s’attendent et qu’ils méritent, conclut Mme Sarin. S’il se dotait d’une stratégie claire sur la contribution de l’IA à sa prospérité, le Canada pourrait consolider sa compétitivité ici comme sur la scène mondiale, et nous souhaitons faire équipe avec les chefs d’entreprise pour créer ce changement. »

Impératif de l’IA au Canada : des prédictions à la prospérité s’inscrit dans une série de rapports produits dans le cadre de l’initiative Le Canada à 175 ans, qui présente la vision de Deloitte quant à l’avenir de notre pays.

À propos de Deloitte
Deloitte offre des services dans les domaines de l’audit et de la certification, de la consultation, des conseils financiers, des conseils en gestion des risques, de la fiscalité et d’autres services connexes à de nombreuses sociétés ouvertes et fermées dans de nombreux secteurs. Deloitte sert quatre entreprises sur cinq figurant au palmarès Fortune Global 500® par l’intermédiaire de son réseau mondial de cabinets membres dans plus de 150 pays et territoires, qui offre les compétences de renommée mondiale, le savoir et les services dont les clients ont besoin pour surmonter les défis d’entreprise les plus complexes. Pour en apprendre davantage sur la façon dont les quelque 264 000 professionnels de Deloitte contribuent à avoir un impact qui compte – y compris les 9 400 professionnels au Canada –, veuillez nous suivre sur LinkedIn, Twitter ou Facebook.

Deloitte LLP, société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/