Points de vue

Planifier des fusions-acquisitions transfrontalières réussies

Comment planifier une expansion mondiale? Comment éviter les risques? Découvrez la préparation nécessaire pour une fusion-acquisition réussie à l’étranger.

Écrit par Mark Jamrozinski

Les opérations réussies de fusions et acquisitions (F&A) à l’étranger ne sont pas forcément des exploits rares ou inatteignables, mais elles doivent assurément être bien planifiées. Prendre de l’expansion dans un marché étranger signifie :

  • trouver la bonne cible
  • mettre en œuvre la bonne transaction
  • et intégrer vos entreprises de la bonne façon.

J’ai travaillé sur un bon nombre de ces occasions et, au bout du compte, la préparation se révèle essentielle. Toute transaction transfrontalière engage des risques plus élevés pour toutes les parties prenantes. Ces risques, tout comme la logique et les cibles de la transaction, doivent être bien compris dès l’étape de la planification. J’ai identifié quelques-uns des aspects clés que toute équipe de direction doit considérer pour une expansion à l’étranger.

Comprenez marchés étrangers et cibles

L’expérience de transactions réussies au pays ne signifie pas pour autant que vous comprenez comment votre entreprise exercera ses activités dans les marchés émergents.  Les marchés étrangers peuvent faire appel à des stratégies différentes pour refléter les conditions de leur propre marché ou région, incluant les influences culturelles (dont la religion et les traditions), les lois linguistiques, les préférences de l’acheteur, les normes d’ingénierie ou la règlementation relative au produit.

Il est important pour les entreprises de choisir des cibles de F&A qui répondent à leurs objectifs de croissance, et cela ne peut être réalisé qu’au moyen d’une solide stratégie renforcée par une vérification diligente et une planification détaillée de l’intégration.

Une entreprise doit avoir une vision et une stratégie claires sur les raisons de son expansion mondiale.

La vérification diligente et l’analyse faciliteront l’identification de la cible qui s’harmonise avec le profil de la société acheteuse et une qui peut être intégrée avec succès. Il est plutôt courant de voir des entreprises retenir les services de conseillers indépendants pour soutenir les activités de F&A à cette étape, et même plus tôt dans le processus. C’est que ces conseillers ne sont pas liés au succès de la transaction et peuvent fournir leur expertise tout au long du cycle de vie de l’entreprise.

Évaluez vos cibles avec trois questions

En supposant que l’entreprise a parfaitement compris les lois, les règlements et l’environnement politique et culturel du “nouveau” pays, elle peut utiliser ces éléments pour éduquer à l’avance ses dirigeants et ses employés sur la viabilité économique d’une transaction donnée.

Les priorités nationales spécifiques d’un pays hôte peuvent avoir des répercussions sur la manière d’aborder l’opération. Il y a trois questions que l’équipe de direction devrait se poser au moment d’évaluer une cible étrangère :

  • Cadre stratégique : est-ce que les paramètres de la transaction expliquent clairement comment elle ajoutera de la valeur? Avons-nous découvert des occasions spécifiques qui seraient créées par cette opération et avons-nous développé des stratégies pour les saisir?
  • Cadre qualitatif et risques opérationnels : avons-nous effectué une vérification diligente approfondie sur la durabilité des gains et des pratiques organisationnelles? Les entreprises étrangères pourraient avoir des stratégies financières et opérationnelles agressives relatives au marché canadien.
  • Atteinte des synergies potentielles : avons-nous bien évalué avec un œil expérimenté tous les bénéfices prévus des nouveaux marchés, des synergies et des économies de coûts avant de se lancer dans une transaction dans un marché étranger?

Préparez une intégration réussie

De nombreuses entreprises canadiennes sont habituées aux défis d’une intégration nationale, mais combien d’entre elles sont prêtes pour accueillir des filiales étrangères? Afin de soutenir une intégration transfrontalière, il est important de comprendre la nature des risques qui en découlent.

Types de risques Défis
Synergies
  • Qualité des données financières
  • Complexité des objectifs de synergies
  • Viabilité du plan d’exécution
Structure
  • Différences dans la structure organisationnelle et de gestion
Personnel
  • Remaniement au niveau de la direction
  • Changements au palier de gestion
  • Étendue et direction de la réduction des effectifs
  • Différences culturelles
Gestion de projets
  • Le gestionnaire de projets ne possède pas les compétences nécessaires et dispose d’un faible bassin de ressources
  • La direction de l’entreprise n’a pas d’expérience en F&A notamment

 

Une intégration postacquisition manquée peut devenir problématique à la longue,  il est donc conseillé de faire des démarches tôt dans le processus afin d’éviter ces risques. En procédant à une vérification diligente financière, fiscale et juridique et en identifiant convenablement les risques, une entreprise sera beaucoup mieux préparée quand ses activités deviendront fonctionnelles et qu’elle pourra profiter des retombées d’une intégration réussie.

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/