Perspectives

Changer la conversation : la génération Y au sein du gouvernement fédéral

Agir maintenant pour bâtir le Canada de demain

La fonction publique du Canada offre à la génération Y un parcours de carrière très valorisant. Mais les occasions limitées, les systèmes désuets et les lourdes structures empêchent les gouvernements d’exploiter son plein potentiel. La fonction publique doit agir et répondre à l’appel du 21e siècle.

Dans un monde d’incertitude croissante, l’élaboration de politiques gouvernementales est plus complexe et plus exigeante que jamais.

Aujourd’hui, il est essentiel que le secteur public améliore sa capacité à recruter, à soutenir, à habiliter et à retenir les jeunes Canadiens les plus doués : les membres de la génération Y.

C’est là que notre récent rapport, Changer la conversation : la génération Y au sein du gouvernement fédéral
entre en jeu. Beaucoup de gens croient que la génération Y et la fonction publique sont incompatibles, et que leurs valeurs et leurs attitudes à l’égard du travail sont complètement opposées.

Mais ce point de vue ne s’appuie tout simplement pas sur des faits.  

Nous devons changer la façon dont nous parlons de la génération Y et de la fonction publique. Le Canada doit moderniser sa fonction publique afin d’intégrer, de former et d’habiliter plus efficacement chaque génération – pas seulement la génération Y – et de créer un secteur public agile, capable de relever les défis du 21e siècle. Et nous devons commencer à nous préparer dès maintenant.

Le problème que le secteur public éprouve à l’égard de la génération Y n’est pas celui que vous pensez

Ce n’est pas que le secteur public a de la difficulté à attirer ou à fidéliser les membres de la génération Y. Pour beaucoup de jeunes qui sont éduqués, le gouvernement est un employeur de choix.

Pourquoi est-il si difficile pour les jeunes de décrocher un poste au gouvernement?

  • Une croissance limitée de la fonction publique et un faible taux de retraite signifient qu’il y a moins de possibilités d’emploi pour la génération Y. Les travailleurs plus âgés au sein de la fonction publique demeurent en poste plus longtemps et les gouvernements n’étendent pas leurs ministères.
  • Les pratiques d’embauche lentes et fastidieuses peuvent durer pendant des mois. Les travailleurs plus âgés sont peut-être disposés ou aptes à se soumettre à des mois d’entrevues et d’attente, mais, souvent, les jeunes travailleurs ne peuvent pas se permettre d’attendre aussi longtemps avant de toucher un revenu.
  • L’expérience l’emporte sur le potentiel au moment de l’embauche, ce qui constitue un désavantage pour les jeunes travailleurs. Les jours où les jeunes travailleurs étaient immédiatement embauchés à un poste de premier échelon dans la fonction publique sont pratiquement révolus. La génération Y compte souvent sur des emplois occasionnels ou à court terme pour mettre un pied dans la porte.

Il s’agit d’une situation difficile. Mais nous croyons que les gouvernements peuvent redresser la situation en investissant dans des mesures de modernisation qui feront entrer la fonction publique dans le 21e siècle.

Moderniser la fonction publique du Canada : des recommandations pour tirer le meilleur parti de chaque génération

  • Simplifier les processus. Écourtez les processus d’embauche et augmentez leur réactivité afin d’éviter que les meilleurs éléments de la génération Y ne privilégient d’autres emplois. Mettez à profit les nouvelles technologies, telles que les signatures électroniques et les plates-formes numériques, pour augmenter la rapidité et l’efficacité.
  • Rechercher le potentiel. Ne vous contentez pas de cocher des cases : adoptez une approche globale pour déterminer le potentiel des candidats. Utilisez les technologies qui peuvent permettre de révéler des leaders forts dans de longues séries de données; mettez en place des programmes pilotes, des technologies et d’autres mesures pour évaluer vos stratégies d’embauche.
  • Rendre les carrières plus mobiles. Créez des occasions de perfectionnement professionnel pour la génération Y en offrant des affectations enrichies. Faites appel à des programmes pilotes pour agents libres et au Carrefour d’emploi, entre autres, pour pourvoir les postes vacants. Encouragez l’émergence de « triathloniens », ces travailleurs ayant de l’expérience dans les secteurs privé, public et sans but lucratif, en facilitant le mouvement entre les trois. Mettez un terme à la sous-évaluation des compétences et des expériences acquises à l’extérieur du secteur public.
  • Abattre les murs. Transformez les espaces de travail désuets en milieux de travail modernes. Dites adieu au bureau à cloisons (le cubicule) afin d’éliminer les obstacles entre employés et services et de répondre efficacement aux besoins des télétravailleurs non locaux. Abattez les cloisons organisationnelles en adoptant une approche plus souple à l’égard de la classification des emplois et des structures hiérarchiques.
  • Encourager l’innovation et stimuler la diversité. Récompensez les innovateurs et les créatifs, et laissez la place aux succès qui renversent le statu quo. Intégrez des voix diversifiées dans les équipes afin d’éviter la pensée unique et d’autocensure qui entraîne des résultats prévisibles et médiocres.

Pour obtenir tous les détails, téléchargez le rapport Changer la conversation : la génération Y au sein du gouvernement fédéral

 

Retour au sommet

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/