Points de vue

L’économie des solutions de l’Ontario

Découvrez comment l’effort concerté des gouvernements et des entreprises peut aider à régler des problèmes sociaux.

Par: Shannon MacDonald

Tout le monde sait que les gouvernements du monde entier sont confrontés à une pénurie de ressources et qu’ils ont du mal à répondre à la demande et aux besoins grandissants des citoyens.

Voilà un enjeu qui nous touche de près, puisque tous les paliers de gouvernement du Canada sont également concernés.

Depuis mon retour en Ontario, après avoir travaillé pour la pratique de l’Atlantique de Deloitte, je me soucie de la façon que le gouvernement provincial doit équilibrer son désir d’éliminer le déficit et maintenir les services que les citoyens tiennent pour acquis.

J’ai été intriguée par plusieurs des solutions novatrices aux problèmes sociaux décrites dans le nouveau livre de mes collègues William D. Eggers et Paul Macmillan : The Solution Revolution: How Business, Government and Social Enterprises are Teaming up to Solve Society’s Toughest Problems.

Si vous désirez contribuer à la société ou faire équipe avec le gouvernement pour créer une véritable innovation sociale, vous devriez penser à la manière dont vous pouvez collaborer à la nouvelle économie de solutions.

Les gouvernements, notamment celui de l’Ontario, sont conscients que les idées novatrices peuvent améliorer le rendement et conduire à de meilleurs résultats dans le secteur public. Mais il est particulièrement difficile d’investir dans l’innovation en période de restriction budgétaire.

Tirer parti de la recherche du profit

La nouvelle économie des solutions est basée sur la recherche de solutions de marché aux problèmes de société. Par exemple, voyons comment ce marché axé sur le profit pourrait fonctionner en Ontario à l’aide de solutions provenant du Canada et du monde entier.

Obligations à impact social

Divers gouvernements à l’échelle mondiale utilisent les obligations à impact social à titre de nouveau modèle de financement pour leurs programmes sociaux. Partagez ce tweet Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse leur a récemment emboîté le pas en annonçant son intention de lancer sous peu les premières obligations à impact social au pays. Ces obligations ont deux objectifs : créer un impact social et obtenir un bon rendement de l’investissement. Voici comment elles fonctionnent :

  • Un intermédiaire recueille des fonds auprès d’investisseurs privés au nom du gouvernement;
  • Des organismes à but non lucratif utilisent l’argent pour mettre en œuvre des solutions novatrices à certains problèmes sociaux;
  • Si la solution atteint ses objectifs, le gouvernement verse aux investisseurs une part des économies réalisées.

Financement collectif

Le financement collectif est un autre modèle qui crée de nouveaux échanges et fait de nouveaux adeptes. Plutôt que de se limiter au gouvernement, le financement collectif peut compter sur un vaste réseau d’emprunteurs, dont les suivants :

  • Des citoyens sensibilisés aux enjeux;
  • Des investisseurs;
  • Des organismes à but non lucratif qui unissent leurs forces pour soutenir un problème social qui les préoccupe.

Par exemple, à ses débuts, More Than Me était une entreprise qui employait et formait des femmes libériennes à la suite d’une longue guerre civile. Lorsque la jeune organisation a eu besoin de capital de démarrage, la fondatrice a contourné le processus de demande de subvention en lançant un appel direct aux membres de son réseau social.

L’organisation a ainsi dépassé les attentes en matière de résultats et de financement. On peut donc facilement comprendre comment le financement collectif peut contribuer aux solutions de formation et d’éducation, non seulement en Ontario, mais aussi partout au pays. La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario mène actuellement des consultations pour évaluer les propositions qui autoriseraient le financement collectif.

Laissez-vous inspirer

Les gouvernements et les entreprises sont plus que jamais à l’écoute de ce qui se passe à l’échelle mondiale, ce qui prouve à quel point la planète est devenue un village global au cours de la dernière décennie. À mesure que nous comprenons les véritables lacunes qui existent au sein de nos sociétés, nous nous rendons compte que l’action de donner n’est pas seulement nécessaire, mais qu’elle représente aussi un facteur de différenciation exceptionnel pour les entreprises et les individus voués au succès.

Êtes-vous ouvert aux possibilités? Donnez-vous assez? Vos idées, vos préoccupations, vos efforts sont-ils suffisants? Si vous désirez contribuer à la société ou faire équipe avec le gouvernement pour créer une véritable innovation sociale, vous devriez penser à la manière dont vous pouvez participer à la nouvelle économie de solutions. Si vous travaillez au gouvernement et que vous voulez obtenir de meilleurs résultats grâce à des idées originales en matière de commercialisation ou de financement, issues du monde entier, vous auriez avantage à lire The Solution Revolution (en anglais seulement).

Ce livre constitue une excellente ressource pour le secteur public, car il explique comment créer des partenariats et appliquer les innovations aux défis sociaux. Il peut aussi inspirer les philanthropes, les innovateurs et les investisseurs qui sont à la recherche de nouveaux défis et souhaitent faire des gestes concrets pour notre société.

Shannon MacDonald associée au bureau de Toronto, dirige les services du secteur public de Deloitte auprès du gouvernement de l'Ontario.

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/