Perspectives

Automatisation en fiscalité

Faire plus avec moins

Si vous avez besoin d’information sur ce sujet en français, veuillez communiquer avec Guillaume Parent, qui se fera un plaisir de vous aider.

Faire plus avec moins grâce à l’automatisation en fiscalité

Depuis quelques années, les services de fiscalité doivent composer avec des règles de plus en plus complexes et des technologies numériques qui transforment l’environnement dans lequel les fiscalistes évoluent. Ils peinent à suivre la cadence, et l’augmentation de leurs effectifs n’est pas une solution viable, surtout si la direction de l’entreprise s’attend à ce qu’ils lui fournissent des informations plus prospectives.

À l’heure où la pression se fait de plus en plus forte sur la fonction fiscale, les progrès technologiques ouvrent la voie à de nouvelles solutions et jettent les bases de l’organisation fiscale de demain. Une fonction fiscale qui alliera un volume phénoménal de données et une capacité de traitement sans égal. L’intelligence et le jugement de l’humain et l’efficacité de la machine. La précision absolue et l’envergure illimitée. Tout cela est possible grâce à l’automatisation en fiscalité. Et au pouvoir de la convergence (en anglais seulement).

La fonction fiscale de demain sera automatisée

Même s'il est impossible de prédire avec exactitude ce que sera la fonction fiscale de demain, certains indices ne trompent pas. La future fonction fiscale sera fortement axée sur les données, fonctionnera en temps réel et adoptera une approche plus holistique à l’échelle de l’entreprise. Elle aura accès à l’ensemble des données de base de l’entreprise et à un niveau de détail encore inégalé, ce qui lui permettra de travailler avec plus de précision et, surtout, plus de transparence. Des algorithmes accroîtront l’expertise et les connaissances fiscales des humains, tandis que des robots les délesteront des tâches manuelles fastidieuses et répétitives. L’automatisation libérera les fiscalistes afin qu’ils puissent se concentrer sur la stratégie et collaborer avec des machines pour fournir des perspectives utiles à l’entreprise.

La fonction fiscale de demain sera automatisée

Découvrez comment l’automatisation en fiscalité peut simplifier vos tâches quotidiennes et préparer votre équipe à entrer dans l’avenir.

(En anglais seulement)

Voir vidéo
La conformité fiscale exige l’automatisation

La conformité fiscale occupe déjà beaucoup les services de fiscalité, tandis que les autorités fiscales et les instances de réglementation resserrent leur surveillance et imposent de nouvelles exigences aux entreprises. Ces dernières doivent divulguer plus d’informations sur leurs processus fiscaux et leurs cadres de gouvernance, investir dans la mise à niveau de leurs technologies fiscales et instaurer des contrôles fiscaux pouvant être examinés. Leurs équipes fiscales ont du mal à suivre, et il est plus urgent que jamais qu’elles adoptent de nouvelles technologies pour améliorer l’efficience de leurs activités de conformité fiscale, de préparation de rapports et d’analyse.

ARP et informatique cognitive : les portails vers l’automatisation en fiscalité

L’automatisation des processus robotisés (APR) et l’informatique cognitive sont les deux technologies qui devraient avoir le plus d’incidence sur la fonction fiscale à court terme.

L’APR est l’automatisation des processus reposant sur des règles au moyen de logiciels. En fiscalité, elle est particulièrement utile pour remplacer les tâches manuelles et répétitives reposant sur des règles, par exemple celles qui consistent à remplir des rapports et à recueillir des données pour alimenter des processus en aval et l’analytique avancée. Les équipes des taxes indirectes s’en servent pour extraire des données de plusieurs sources, générer des ajustements en fonction d’un territoire, faire des rapprochements et informer leurs membres des exceptions, ainsi que pour produire des fichiers de sortie et des sommaires territoriaux normalisés. Des robots peuvent ensuite transmettre les données finalisées aux sites web des autorités fiscales, en assurer le suivi et documenter les confirmations d’acceptation.

ARP et informatique cognitive

Découvrez comment l’APR peut transformer votre fonction fiscale.

(En anglais seulement)

Voir vidéo
L’informatique cognitive 

L’informatique cognitive consiste à donner aux machines la capacité de dégager des tendances de plus en plus précises des données, puis à utiliser ces tendances pour prendre des décisions qui nécessitaient traditionnellement l’apport de l’intelligence humaine, l’exercice d’un jugement et des analyses complexes. Les technologies cognitives apprennent non seulement à prendre des décisions en fonction de données historiques, elles améliorent aussi leur capacité décisionnelle en détectant des exceptions et en collaborant avec des humains pour les corriger. Par exemple, les services de fiscalité peuvent utiliser l’apprentissage machine pour classer automatiquement les données sur les dépenses dans des dizaines de milliers de catégories afin de faciliter le calcul des taxes et des impôts, faisant ainsi gagner beaucoup de temps à leurs équipes tout en réduisant le risque d’erreur.

 

L’informatique cognitive

Apprenez comment bâtir la fonction fiscale de demain.

(En anglais seulement)

En savoir plus
L’automatisation en fiscalité n’est pas facultative...

Les services de fiscalité n’ont plus l’option d’augmenter leurs effectifs pour relever les défis de plus en plus nombreux qui les assaillent, car il y a maintenant une pénurie de talents dans ce domaine. Qui plus est, la fiscalité est plus complexe que jamais et les entreprises doivent composer avec des douzaines, voire des centaines de juridictions fiscales qui ont chacune leurs propres règles et règlements. Étant donné la grande complexité de bon nombre des nouvelles règles fiscales, la modélisation nécessaire pour assurer une planification fiscale efficace n’est plus possible sans l’aide de l’automatisation. En un mot, l’automatisation en fiscalité est devenue un impératif. Les entreprises et leur service de fiscalité ont besoin de machines, de robots, d’outils cognitifs et d’autres technologies pour faire le travail.

La modernisation de la fonction fiscale grâce à l’automatisation est manifestement justifiée d’un point de vue économique pour la plupart des entreprises. Si elle est réalisée de façon appropriée, en tenant compte des besoins de l’entreprise, elle peut faciliter la gestion du fardeau fiscal global, garantir que les remboursements de taxes et les crédits d’impôt seront demandés, réduire les fuites de trésorerie causées par les paiements fiscaux excédentaires, et bien plus encore. La transformation fiscale est également essentielle pour aider les équipes fiscales à explorer en profondeur les données et les scénarios possibles afin de fournir aux dirigeants de l’entreprise les conseils les plus avisés et de gérer les risques fiscaux. Si votre entreprise ne se rallie pas aux arguments en faveur de la transformation fiscale et de l’automatisation, elle se prive d’une valeur inestimable.

 
… mais elle ne doit pas nécessairement être astreignante

Certaines entreprises admettent que l’automatisation en fiscalité a ses avantages, mais hésitent souvent à faire le saut en raison de l’investissement initial, du temps et de la planification qu’elles croient devoir y consacrer, ainsi que du risque que ce projet devienne rapidement un monstre complexe et coûteux. Or il n’est pas nécessaire que cette initiative devienne imposante et radicale pour que l’entreprise en récolte rapidement les avantages. Habituellement, les projets d’APR requièrent des investissements mineurs et peuvent être réalisés au sein de l’infrastructure existante des TI. Cela permet aux équipes fiscales de déployer l’automatisation par petites tranches en se concentrant d’abord sur quelques processus mineurs qui procurent plus rapidement des améliorations et un rendement du capital investi (RCI).

La voie de l’avenir

Comment les services de fiscalité peuvent-ils se préparer à travailler dans un environnement numérique plus automatisé? Voici quelques suggestions :

  • Repérez des processus adaptables. Choisissez des processus qui peuvent être réinventés et transformés au moyen de technologies d’automatisation. Idéalement, ils doivent être adaptables, présenter un excellent potentiel d’amélioration de la productivité et avoir une incidence sur plusieurs résultats moyennant des coûts supplémentaires minimes; l’extraction des données en est un exemple.
  • Hiérarchisez les tâches transactionnelles. L’automatisation de tâches transactionnelles telles que la gestion des taxes indirectes et la préparation de certaines déclarations fiscales peut faire gagner du temps à toute l’équipe de fiscalistes, qui se concentrera alors sur des questions plus stratégiques.
  • Alignez-vous sur les initiatives de transformation numérique de l’ensemble de l’entreprise. Toute initiative de transformation numérique touchant la fiscalité doit être conforme aux objectifs généraux de l’entreprise, à la transformation de ses finances, à ses efforts de restructuration et à tout autre aspect global.
  • Faites valoir le RCI attendu. Le RCI qualitatif et quantitatif est une donnée essentielle qui aide l’entreprise à hiérarchiser ses activités de transformation fiscale. Il est notamment exprimé par les heures gagnées, la qualité supérieure des données et une analytique des données plus performante.

  • Actualisez les compétences existantes. Pour travailler et progresser à l’ère de l’automatisation en fiscalité, de nombreux fiscalistes devront acquérir de nouvelles compétences dans le domaine de la numérisation, de la gestion de projet et de l’analyse stratégique ainsi que des connaissances fiscales techniques plus spécialisées.
Il est temps d’exploiter le pouvoir de la convergence

Partout dans le monde, les cabinets membres de Deloitte explorent comment les services de fiscalité peuvent utiliser le pouvoir de la convergence pour automatiser la fonction fiscale et offrir une nouvelle valeur à l’organisation. Vous désirez en savoir plus? Commencez ici (en anglais seulement).

Avez-vous trouvé ceci utile?