Posted: 11 May. 2020 5 mins Temps de lecture

Le gouvernement du Canada dévoile une nouvelle facilité de prêt tandis que l’ampleur de la récession se révèle

Ce matin, le premier ministre Trudeau a annoncé d’autres mesures visant à soutenir les entreprises canadiennes touchées par l’arrêt de l’activité économique attribuable à la COVID-19. En effet, le gouvernement met en place le Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE) qui permettra aux entreprises d’accéder à des liquidités. Le programme sera accessible à la plupart des entreprises non financières dont les revenus se chiffrent à plus de 300 M$ et qui n’ont jamais été reconnues coupables de fraude fiscale. Les prêts, qui s’élèveront à 60 M$ ou plus, sont assortis de diverses modalités et conditions, et visent à aider les entreprises à financer leurs activités, à conserver des travailleurs et à éviter la faillite. Les entreprises admissibles doivent avoir une présence « importante » au Canada, démontrer un certain engagement envers la protection de l’environnement, et accepter de présenter annuellement leurs objectifs en matière de climat et de durabilité pendant la durée du prêt. De plus, le gouvernement exigera que les entreprises limitent la rémunération des dirigeants et les rachats d’actions, tout en respectant leurs obligations au titre des régimes de retraite ainsi que les conventions collectives. Les moyennes entreprises dont les revenus sont supérieurs à 100 M$ pourraient être admissibles à des prêts de 12,5 M$ à 60 M$ et à des garanties d’au plus 80 M$ grâce à l’élargissement du Programme de crédit aux entreprises (PCE).

Entre-temps, on commence à mesurer avec plus d’exactitude toute l’ampleur des répercussions économiques, avec la publication des données sur la situation économique au début du printemps, et quelques autres publications de premier plan sont attendues plus tard cette semaine. Jeudi, Statistique Canada publiera les chiffres sur les ventes du secteur manufacturier pour le mois de mars. Cette publication devrait révéler l’ampleur du repli dans ce secteur et mettre en lumière les domaines les plus durement touchés. Nous prévoyons un recul important du chiffre global, à hauteur de -6,5 %, particulièrement chez les producteurs de biens durables dans les secteurs de l’automobile, de l’aérospatiale et de la machinerie, tandis que les fabricants de produits chimiques et de fournitures médicales devraient s’en tirer beaucoup mieux.

Jeudi matin, la Banque du Canada publiera les résultats de sa Revue du système financier, qui décrit les risques et les vulnérabilités auxquels le système financier canadien est exposé. Cette publication sera suivie d’une conférence de presse au cours de laquelle le gouverneur Stephen Poloz prononcera une allocution et répondra aux questions des médias, aux côtés de la première sous-gouverneure, Carolyn Wilkins. Le lendemain, la Banque publiera son Enquête auprès des responsables du crédit, qui devrait faire la lumière sur les flux de crédit aux ménages et aux entreprises durant le premier trimestre de 2020. Par ailleurs, des données sur le marché canadien de l’habitation seront rendues publiques vendredi alors que l’Association canadienne de l’immeuble publiera ses statistiques sur les ventes et les prix pour avril, soit le premier mois complet d’arrêt de l’activité économique. Nous prévoyons une forte baisse des ventes, mais un maintien des prix en raison de la réduction considérable du nombre d’habitations à vendre.

D’importantes publications sont également prévues chez nos voisins au sud de la frontière, où les données sur l’inflation qui seront dévoilées demain devraient faire état de fortes baisses de prix le mois dernier, dont les prix du pétrole qui ont continué de s’effondrer. Les données de vente au détail et de production industrielle qui seront publiées vendredi témoigneront sans doute d’une baisse dans les deux chiffres. Ces publications révéleront aussi d’importants renseignements sur les magasins et les secteurs industriels les plus éprouvés. La semaine sera également marquée par plusieurs allocutions du Federal Open Market Committee alors que les dirigeants de la Réserve fédérale rendront publics les mesures de politique et les outils d’urgence de la banque centrale.

Sur la scène internationale, on s’affaire aussi à publier les données d’avril. Les données que la Chine diffusera jeudi sur les investissements en immobilisations et la production industrielle devraient signaler un tournant décisif, dans la foulée de l’ouverture des marchés. Mais on ne peut pas en dire autant de la zone euro, où l’on s’attend à ce que la production industrielle ait reculé de plus de 10 % en mars. L’agence européenne des statistiques publiera également les données sur le PIB du premier trimestre ce vendredi, et l’on s’attend à un fléchissement de près de 15 % de l’activité économique dans la zone monétaire commune.

Perspectives économiques

Un aperçu régulièrement mis à jour par les Services économiques de Deloitte qui fournit des commentaires de l’économiste en chef Craig Alexander sur les derniers événements qui façonnent les économies canadienne et mondiale, incluant la croissance économique, les investissements d’entreprises, le commerce et l’activité sur les marchés. Notre analyse vous donne les connaissances nécessaires pour régler les problèmes d’affaires actuels les plus difficiles.

À propos de l’auteur

Craig Alexander

Craig Alexander

Économiste en chef et Conseiller de direction

Craig Alexander est le premier économiste en chef de Deloitte Canada, et il possède plus de vingt ans d’expérience dans le secteur privé à titre de cadre supérieur et d’économiste en chef dans les domaines de l’économie appliquée et des prévisions économiques. M. Alexander a effectué des recherches macroéconomiques et des analyses régionales et sectorielles, ainsi que des prévisions et de la modélisation relatives aux marchés fiscaux. Il est également un conférencier passionné, et il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en économie de l’Université de Toronto.