Posted: 27 Apr. 2020 5 mins Temps de lecture

La semaine à venir, lancement de la subvention salariale, déconfinement en Ontario et au Québec, l’expérience internationale suggère une faible reprise

Il n’y aura pas de communiqué économique d’importance aujourd’hui. Les principaux communiqués cette semaine seront les suivants : annonce de la Réserve fédérale mercredi—aucune nouvelle mesure de relance ne devrait être annoncée –; le rapport sur la progression du PIB réel aux États-Unis pour le premier trimestre sera publié jeudi—on s’attend à un taux de contraction annualisé de 3,9 % (je crois personnellement que le risque de recul est plus élevé) –; et les rapports canadien et américain sur les indices des directeurs des achats seront publiés vendredi—les deux sont susceptibles d’atteindre un plancher record, comme c’était le cas en Europe la semaine dernière. 

Les prix du pétrole ont encore chuté aujourd’hui. En fin d’après-midi, le prix du pétrole brut West Texas Intermediate a diminué de près de 4 $ US par baril, oscillant autour de 13 $ US. Cette baisse reflète les inquiétudes constantes concernant l’offre excédentaire et la capacité de stockage limitée. Il pourrait également refléter le recul des investisseurs à l’égard des contrats pétroliers de juin afin d’éviter l’expérience radicale que leur ont fait vivre les prix négatifs de la semaine dernière. 

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre Trudeau a affirmé que 10 000 entreprises ont soumis une demande au programme de subvention de 75 % des salaires depuis le lancement du portail tôt ce matin. Ce programme sera en forte demande. 

Fait intéressant, le premier ministre a indiqué que les travailleurs ne peuvent pas toucher à la fois la prestation canadienne d’urgence (PCU) et la subvention salariale. Il a souligné que si une personne touche l’un de ces montants, elle devra rembourser l’autre. Je présume que cela veut dire que si vous obtenez des versements de PCU, mais que vous bénéficiez de la subvention salariale en tant qu’employé, vous devrez rembourser la PCU. C’est un bon exemple du chaos qui régnera après la pandémie. Le gouvernement examinera les finances des particuliers et des entreprises pour déterminer s’il y en a parmi eux qui ont touché des prestations auxquelles ils n’étaient pas admissibles.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a soulevé une question intéressante. Elle croit que les employeurs individuels pourraient avoir droit à la subvention salariale s’ils ont été rémunérés en tant qu’employés de leur entreprise incorporée avant le 15 mars. S’ils se sont versé des dividendes, ils n’y auront probablement pas droit.

L’Ontario a annoncé son approche échelonnée de déconfinement de la province, sans toutefois préciser d’échéancier :

Étape 1 : Ouvrir des lieux de travail choisis et permettre de petits rassemblements. L’ouverture de lieux de travail choisis qui sont en mesure de modifier leurs activités sur-le-champ pour respecter les directives de santé publique sera autorisée. Certains espaces extérieurs comme les parcs seront de nouveau accessibles, et un plus grand nombre de gens pourraient assister à certains événements. Les hôpitaux commenceraient aussi à offrir certaines chirurgies non urgentes et planifiées, entre autres services de soins de santé.

Étape 2 : Ouvrir d’autres lieux de travail et espaces extérieurs, et permettre de plus grands rassemblements. L’ouverture d’autres lieux de travail sera autorisée, en fonction d’une évaluation des risques, comme certains secteurs de services, bureaux et établissements de vente au détail. Certains plus grands rassemblements publics seraient permis, et d’autres espaces extérieurs seraient accessibles.

Étape 3 : Assouplir les restrictions sur les rassemblements publics et ouvrir tous les lieux de travail de manière « responsable ». La transition d’une étape à l’autre reposera sur une baisse constante sur deux à quatre semaines des nouveaux cas quotidiens de COVID-19, une diminution des cas pour lesquels on ne peut remonter à la source, et une baisse du nombre de nouvelles hospitalisations.

Le Québec a annoncé la réouverture des écoles primaires et des services de garde à compter du 11 mai à l’extérieur du Grand Montréal et du 19 mai dans la région montréalaise. Tous les autres établissements scolaires, les écoles secondaires, les collèges et les universités ne rouvriront qu’à la fin août. À mon avis, les services de garde d’enfants sont un facteur important de la relance de l’économie, car ils permettent aux parents de mieux se concentrer sur leur travail.

L’Ontario et le Québec ont indiqué clairement que l’échéancier dépendra de l’évolution des statistiques sanitaires.

Sur le plan international, le déconfinement s’est amorcé en Allemagne, mais les constatations préliminaires suggèrent de très faibles activités de vente au détail. À Berlin et à Munich, il y a peu d’achalandage dans les commerces de détail, soit environ 13 % du niveau normal. Cela reflète l’expérience en Chine immédiatement après le déconfinement, et dresse un bon portrait de ce à quoi on peut s’attendre au Canada à mesure que les restrictions seront levées.

Perspectives économiques

Un aperçu régulièrement mis à jour par les Services économiques de Deloitte qui fournit des commentaires de l’économiste en chef Craig Alexander sur les derniers événements qui façonnent les économies canadienne et mondiale, incluant la croissance économique, les investissements d’entreprises, le commerce et l’activité sur les marchés. Notre analyse vous donne les connaissances nécessaires pour régler les problèmes d’affaires actuels les plus difficiles.

À propos de l’auteur

Craig Alexander

Craig Alexander

Économiste en chef et Conseiller de direction

Craig Alexander est le premier économiste en chef de Deloitte Canada, et il possède plus de vingt ans d’expérience dans le secteur privé à titre de cadre supérieur et d’économiste en chef dans les domaines de l’économie appliquée et des prévisions économiques. M. Alexander a effectué des recherches macroéconomiques et des analyses régionales et sectorielles, ainsi que des prévisions et de la modélisation relatives aux marchés fiscaux. Il est également un conférencier passionné, et il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en économie de l’Université de Toronto.