Perspectives

Surmonter les obstacles

Par Shadib Bin Newaz

Auditeur adjoint II | Certification et Services-conseils

Lorsque j’ai fait un saut dans l’inconnu en prenant l’avion à destination de Toronto pour aller étudier à l’université – c’était d’ailleurs la première fois que je prenais l’avion –, quittant ainsi mon pays d’origine, le Bangladesh, je n’arrêtais pas de me dire que tout se passerait bien.

Je n’étais cependant pas préparé à sortir de ma zone de confort. Même si je maîtrisais suffisamment bien l’anglais pour tenir une conversation courante, la transition à un nouveau pays et à un nouvel environnement a été difficile pour moi. Je me suis rendu compte que, même si des gens m’entouraient, je me sentais seul parce que je ne savais pas comment exprimer mes sentiments. J’ai connu plusieurs moments difficiles, et dans les pires épisodes, je mangeais beaucoup pour atténuer le stress. Cette habitude m’a fait atteindre le poids le plus élevé de mon existence. Plus je prenais du poids, plus mon estime de moi-même diminuait. Heureusement, j’ai réussi à modifier le cours des choses et à gérer ma transition en effectuant certains changements.

Demander de l’aide

J’ai toujours cru qu’il valait mieux fuir les problèmes que d’y faire face. Mon instinct me dictait encore d’agir de la sorte, mais cette fois-là, j’ai fait l’effort délibéré de demander de l’aide. J’ai parlé à ma famille et à mes amis de mes problèmes. Il m’était difficile de baisser la garde, mais mes proches ont accepté de m’aider, et je leur en suis encore reconnaissant aujourd’hui. J’ai alors compris que l’on ne devrait jamais avoir peur de demander de l’aide.

Être proactif

J’ai commencé à chercher de nouvelles manières de me développer sur le plan personnel. J’ai saisi diverses occasions de m’exprimer, notamment en faisant du bénévolat lors de festivals, de conférences d’affaires et d’autres manifestations. Chaque fois que j’essayais une nouvelle activité, je faisais preuve d’optimisme. Je me suis fait d’excellents amis au fil du temps, des amis qui me poussent à donner le meilleur de moi-même jour après jour.

Être humble et serviable

Il aurait été facile de relâcher mes efforts et de me détendre après avoir reçu une offre d’emploi à temps plein chez Deloitte. Pourtant, chaque jour, je me demande si j’en fais assez pour les autres. J’ai reçu des conseils et de l’aide des gens qui m’entouraient, et je crois que nous devons tous nous entraider autant que nous le pouvons. C’est le seul moyen d’être vraiment bien avec soi-même, car, au bout du compte, l’égoïsme ne rend pas heureux.

En écrivant cet article, je ne peux m’empêcher d’être fier d’avoir réussi à changer les choses et à apprendre à vivre dans le moment présent. Certaines choses nous échappent, mais chercher à se dépasser est un jeu qui en vaut la chandelle.

Shabib Bin Newaz est actuellement auditeur adjoint II à notre bureau de Toronto. Il a obtenu un baccalauréat en administration avec spécialisation en comptabilité de l’Université York.

Avez-vous trouvé ceci utile?