Coup de frein sur la reprise

Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022

Vous êtes CFO et vous souhaitez participer à l'enquête CFO ?

Résumé

Les CFO suisses n’anticipent pas de récession dans le pays au cours des douze prochains mois, mais la guerre en Ukraine a fortement érodé leur optimisme quant aux perspectives économiques. Les perspectives des entreprises restent globalement positives, mais la perception des risques par les CFO a radicalement changé : l'impact de la guerre suscite de vives inquiétudes, les chaînes d'approvisionnement rencontrent des difficultés importantes et les entreprises sont confrontées à des augmentations parfois considérables du coût des matières premières, des biens intermédiaires et des services.

À propos de l'enquête

Le Swiss CFO Survey donne un aperçu des attitudes économiques des CFO et des Group Finance Directors des grandes entreprises basées en Suisse. Il est publié tous les six mois, est basé sur l'enquête européenne CFO et contient un mélange de questions pertinentes pour le CFO au niveau de l'environnement commercial, de l'entreprise et des opérations.

Points-clés de l'enquête Suisse

S’agissant des perspectives économiques en Suisse, les CFO se montrent nettement moins optimistes. Au lieu de s’améliorer avec la levée des mesures contre le Covid-19, les perspectives économiques des CFO se sont assombries à cause de la guerre en Ukraine. Néanmoins, ils n’anticipent pas de récession en Suisse au cours des douze prochains mois.

Les perspectives des entreprises restent positives mais elles le sont légèrement moins qu'au second semestre 2021. Les CFO rapportent une pression accrue sur les marges d'exploitation et les chiffres d’affaires, mais se montrent légèrement plus optimistes par rapport au recrutement d’effectifs supplémentaires. Ce signal encourageant s'inscrit toutefois dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Au lieu de s'atténuer, les problèmes de chaînes d'approvisionnement restent importants pour de nombreuses entreprises. Une majorité de CFO suisses s'attend à ce que ces difficultés perdurent jusqu'au premier semestre 2023. Le problème majeur est l’augmentation des coûts de logistique, des matières premières et des biens intermédiaires.

Les entreprises sont confrontées à des augmentations parfois importantes du coût des matières premières, des biens intermédiaires et des services dont elles ont besoin. Toutes les entreprises ne sont pas en mesure de répercuter ne serait-ce qu'une partie de ce surcoût sur leurs consommateurs.

S’agissant des perspectives économiques en Suisse, les CFO se montrent nettement moins optimistes. Au lieu de s’améliorer avec la levée des mesures contre le Covid-19, les perspectives économiques des CFO se sont assombries à cause de la guerre en Ukraine. Néanmoins, ils n’anticipent pas de récession en Suisse au cours des douze prochains mois.

Les perspectives des entreprises restent positives mais elles le sont légèrement moins qu'au second semestre 2021. Les CFO rapportent une pression accrue sur les marges d'exploitation et les chiffres d’affaires, mais se montrent légèrement plus optimistes par rapport au recrutement d’effectifs supplémentaires. Ce signal encourageant s'inscrit toutefois dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Au lieu de s'atténuer, les problèmes de chaînes d'approvisionnement restent importants pour de nombreuses entreprises. Une majorité de CFO suisses s'attend à ce que ces difficultés perdurent jusqu'au premier semestre 2023. Le problème majeur est l’augmentation des coûts de logistique, des matières premières et des biens intermédiaires.

Les entreprises sont confrontées à des augmentations parfois importantes du coût des matières premières, des biens intermédiaires et des services dont elles ont besoin. Toutes les entreprises ne sont pas en mesure de répercuter ne serait-ce qu'une partie de ce surcoût sur leurs consommateurs.

Top 10 des risques d'entreprise classés par les CFO en Suisse

1

Risques géopolitiques/guerre

2

Problèmes de chaînes d’approvisionnement

3

Inflation

4

Pénurie de main-d’œuvre qualifiée

5

Défis internes*

6

Hausse des prix de l’énergie

7

Politique monétaire/taux d’intérêt

8

Conséquences directes de la COVID-19

9

Risques de change

10

Faiblesse de la demande

Contacts

Alessandro Miolo

Associé responsable, Audit & Assurance

amiolo@deloitte.ch +41 58 279 7227 Voir le profil

Michael Grampp

Research Director & Chief Economist

mgrampp@deloitte.ch +41 58 279 6817 Voir le profil

Envoyer une demande d'appel d'offres

Nous contacter