Une reprise économique teintée d’incertitudes

Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Deuxième semestre 2021

Vous êtes CFO et vous souhaitez participer à l'enquête CFO ?

Résumé

Les CFO en Suisse estiment que l'économie suisse continue de s'améliorer. Cependant, leurs attentes moyennes de marges opérationnelles pour leur propre entreprise sur les 12 prochains mois sont en baisse et les nouveaux risques perçus, tels que les goulots d'étranglement de l'offre, les pénuries de compétences attendues et la hausse des prix sont en hausse.

À propos de l'enquête

Le Swiss CFO Survey donne un aperçu des attitudes économiques des CFO et des Group Finance Directors des grandes entreprises basées en Suisse. Il est publié tous les six mois, est basé sur l'enquête européenne CFO et contient un mélange de questions pertinentes pour le CFO au niveau de l'environnement commercial, de l'entreprise et des opérations.

Points-clés de l'enquête Suisse

La reprise se poursuit selon les CFO, qui sont 83 % à envisager une évolution positive de la conjoncture en Suisse au cours des douze prochains mois. C’est le troisième meilleur chiffre enregistré depuis le lancement de l’enquête en 2009. Dans le même temps, le pourcentage de pessimistes décline pour atteindre à peine 4 %.

Parallèlement aux perspectives économiques, les attentes s’améliorent pour la plupart des chiffres clés des entreprises. 69 % des CFO s’attendent à une amélioration des perspectives financières au cours des douze prochains mois. Cependant, l’évolution au cours du trimestre précédent a été perçue de façon moins optimiste qu'auparavant et les attentes relatives aux marges opérationnelles pour les douze prochains moins sont en baisse.

60 % des CFO rapportent que les chiffres d’affaires de leur entreprise atteignent au moins les niveaux d’avant la crise. Ce chiffre a doublé par rapport à l’enquête précédente et plus rapidement que prévu. Néanmoins, la crise reste, pour de nombreuses entreprises, bien présente.

Les perceptions des risques ont radicalement changé. En effet, les CFO sont aujourd’hui surtout préoccupés par les goulots d’étranglement au sein de la chaîne logistique, les pénuries de main-d'œuvre qualifiée et l’augmentation des prix. La reprise économique crée des problèmes de capacité sur la chaîne d’approvisionnement et sur le plan du personnel. Après avoir été confrontées aux défis de la pandémie, les entreprises suisses doivent maintenant faire face à des problèmes de capacité.

L’utilisation de nouvelles technologies au sein de la fonction financière prend de plus en plus d’importance. Les gains en efficacité restent la raison principale. Les coûts sont l'obstacle le plus important, tandis que l’absence de priorité stratégique et la résistance du personnel au changement jouent un rôle moins important.

Les principales mesures mentionnées sont la réduction progressive des émissions de CO2, le développement de produits et de services respectueux de l’environnement, ainsi que la réduction des émissions de CO2 des fournisseurs.

La reprise se poursuit selon les CFO, qui sont 83 % à envisager une évolution positive de la conjoncture en Suisse au cours des douze prochains mois. C’est le troisième meilleur chiffre enregistré depuis le lancement de l’enquête en 2009. Dans le même temps, le pourcentage de pessimistes décline pour atteindre à peine 4 %.

Parallèlement aux perspectives économiques, les attentes s’améliorent pour la plupart des chiffres clés des entreprises. 69 % des CFO s’attendent à une amélioration des perspectives financières au cours des douze prochains mois. Cependant, l’évolution au cours du trimestre précédent a été perçue de façon moins optimiste qu'auparavant et les attentes relatives aux marges opérationnelles pour les douze prochains moins sont en baisse.

60 % des CFO rapportent que les chiffres d’affaires de leur entreprise atteignent au moins les niveaux d’avant la crise. Ce chiffre a doublé par rapport à l’enquête précédente et plus rapidement que prévu. Néanmoins, la crise reste, pour de nombreuses entreprises, bien présente.

Les perceptions des risques ont radicalement changé. En effet, les CFO sont aujourd’hui surtout préoccupés par les goulots d’étranglement au sein de la chaîne logistique, les pénuries de main-d'œuvre qualifiée et l’augmentation des prix. La reprise économique crée des problèmes de capacité sur la chaîne d’approvisionnement et sur le plan du personnel. Après avoir été confrontées aux défis de la pandémie, les entreprises suisses doivent maintenant faire face à des problèmes de capacité.

L’utilisation de nouvelles technologies au sein de la fonction financière prend de plus en plus d’importance. Les gains en efficacité restent la raison principale. Les coûts sont l'obstacle le plus important, tandis que l’absence de priorité stratégique et la résistance du personnel au changement jouent un rôle moins important.

Les principales mesures mentionnées sont la réduction progressive des émissions de CO2, le développement de produits et de services respectueux de l’environnement, ainsi que la réduction des émissions de CO2 des fournisseurs.

Top 10 des risques d'entreprise classés par les CFO en Suisse

1

Problèmes de chaînes d'approvisionnementPrix des matières premières

2

Conséquences directes de la COVID-19

3

Pénurie de main-d'oeuvre qualifiée

4

Défis internes

5

Pression sur les prix/coûts/marges

6

Inflation

7

Risques géopolitiques

8

Faiblesse de la demande

9

Réglementation croissante

10

Stabilité des marchés financiers

Êtes-vous directeur financier ? Participez au l'enquête ici

Contacts

Alessandro Miolo

Associé responsable, Audit & Assurance

amiolo@deloitte.ch +41 58 279 7227 View profile

Michael Grampp

Research Director & Chief Economist

mgrampp@deloitte.ch +41 58 279 6817 View profile

Envoyer une demande d'appel d'offres

Nous contacter