Point de vue

Nos 10 convictions pour l'agriculture de demain 

Du champ à l’assiette, le secteur agricole et agro-alimentaire se doit de se réinventer pour nourrir dix milliards d’individus en 2050 et répondre notamment au double défi d’une augmentation des besoins alimentaires et d’une diminution de l’impact planétaire de cette alimentation.

Augmenter la quantité et la disponibilité de l’alimentation et diminuer son impact environnemental n’est pas contradictoire et doit également permettre aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail.
Pour y parvenir, agriculteurs, éleveurs, coopératives, entreprises de l’agroalimentaire et de la grande distribution doivent agir ensemble. De leur capacité à se transformer durablement et à embarquer les consommateurs dépend largement la pérennité de notre système alimentaire et des écosystèmes.

C’est dans cette optique que nous souhaitons porter largement 10 convictions pour le monde agricole et agro-industriel de demain, afin d’accélérer cette nécessaire transition dès aujourd’hui.

Découvrir nos 10 convictions

Ce mode d’agriculture apporte une réponse holistique aux enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux de demain car son ambition est de produire tout en parvenant à régénérer les écosystèmes, à séquestrer le carbone atmosphérique et à contribuer au mieux-être des agriculteurs.
Elle implique une transformation profonde de l’ensemble de la chaîne de valeur, au-delà des seules pratiques agronomiques. Sont également en jeu une nécessaire collaboration entre les différents acteurs, l’évolution des achats de matières premières et la rémunération des agriculteurs.



Les ambitions à atteindre sont claires et partagées par le plus grand monde : grand public, société civile et associations. La feuille de route des filières animales françaises est donc sans équivoque.
Construire un mieux-être animal, c’est la combinaison de 2 facteurs clés : un accompagnement technique et économique – pour trouver la bonne équation opérationnellement faisable et économiquement viable - et le suivi d’indicateurs de bien-être animal; le dialogue et la collaboration étant la colonne vertébrale des progrès pour y parvenir.


1 million d’espèces sont aujourd’hui en danger d’extinction et pour la 6ème fois dans l’histoire planétaire, une extinction massive et irréversible de la biodiversité est enclenchée. Cette érosion de la biodiversité est directement liée à l’activité humaine et aux entreprises. Mais les entreprises sont également au cœur des solutions. Identifier leur impact sur la biodiversité, le mesurer, tout au long de la chaine de valeur est clé afin de rendre possible le développement des entreprises dans le respect des limites planétaires.


Responsable de 19 % des émissions de GES en France et solution de séquestration du carbone, l’agriculture entretient une relation ambivalente avec le changement climatique. Déjà victime de ses conséquences tangibles en France et en Europe, menacée dans son avenir, la filière agro-alimentaire est au cœur des solutions à mettre en œuvre. Définir et déployer des stratégies climat ambitieuses est aujourd’hui incontournable avec comme impératif de travailler du « sur-mesure » pour faire des acteurs du secteur alimentaire les moteurs de la transition climatique.


La mise en synergie du grand nombre d’acteurs impliqués est la condition de réussite de la transition des filières. Les agriculteurs sont les acteurs clés pour une transition concrète et de terrain, le changement des pratiques étant le levier essentiel et impactant de la transition. Il s’agit donc de leur donner, ainsi qu’aux fournisseurs, un rôle central dans la transition des filières agricoles en les impliquant à chaque étape, de la définition à la mise en œuvre de cette transition.


Une meilleure compréhension réciproque des attentes et difficultés de chacun – entreprises, filières, sociétés civiles, ONG - ouvre la voie à la construction de projets communs qui viennent renforcer les plans de progrès des entreprises. L’attente de la part de la société civile est réelle pour que les acteurs mettent leurs antagonismes de côté et se concentrent sur les voies de convergence et les synergies, au service d’un avenir plus durable.


Alors que les projets se multiplient sur le terrain, les montants consacrés à la transition alimentaire restent parfois trop anecdotiques, pas encore suffisamment fléchés ou accessibles, au regard de l'ensemble des financements perçus par le secteur. La mutualisation des financements est clé pour permettre un passage à l'échelle. L’heure doit être à la création de l’écosystème financier nécessaire impliquant les acteurs agricoles, agro-alimentaires et financiers : trouver un langage commun, développer des synergies pour cofinancer des projets, flécher les financements publics et privés.


Mesurer conditionne le progrès et répond à la demande du consommateur et du législateur. Tous les acteurs doivent se doter d’indicateurs pour apporter des preuves chiffrées de leurs avancées. Pour collecter, traiter, mettre à disposition les données, il est nécessaire d’utiliser les nouvelles technologies disponibles, et de mettre en œuvre des consortiums de partenaires afin de déployer des plateformes à large périmètre. Il en va de la crédibilité de ces indicateurs qui doivent porter à la fois sur l’ensemble de la chaine de valeur et sur des thématiques aussi diverses que le carbone, la biodiversité, l’eau ou la rémunération.


Le monde change, les entreprises avec. Celles qui sont résilientes et performantes ont le point commun d’être en constante évolution et de maitriser le rythme des transformations successives. Pour la décennie à venir, la transformation des entreprises doit passer par une nécessaire réconciliation entre performance économique et impact sociétal positif et ce, à grande échelle et dans des délais courts. Cela va nécessiter de puiser dans les ressources profondes de l’entreprise et d’oser réinventer, en mettant la durabilité au centre de son modèle. La bonne nouvelle est que nous pouvons nous appuyer sur l’expérience des transformations précédentes pour gagner en efficacité grâce à une méthodologie robuste et éprouvée et ainsi créer de la valeur à long terme.


Si rien n’est dit, rien n’est fait. Le consommateur-salarié-citoyen veut savoir pour pouvoir agir en cohérence avec ses valeurs, opinions, attentes. Savoir, preuves à l’appui. De plus en plus exigeant, il demande de la transparence, des informations concrètes et compréhensibles. La communication de l’engagement est indispensable, tant pour créer la confiance en externe que pour fédérer l’interne autour d’un projet d’entreprise.


Expert des filières agricoles et agro-alimentaires, nous nous positionnons en tiers de confiance, animateur et organisateur de cet écosystème, pour dresser un état des lieux exhaustif des enjeux et des attentes, faire naître un dialogue constructif, rapprocher les points de vue et coconstruire des stratégies de progrès ambitieuses et réalistes, conciliant croissance et respect de la planète.

Coordinateur de projets, nous accompagnons les acteurs de A à Z, sur le déploiement opérationnel de leurs stratégies de développement durable, sur l’articulation et l’optimisation des financements associés, sur le pilotage par la valeur attendue, sur l’embarquement des parties prenantes, et sur la mise en place d’indicateurs fiables.

Etes-vous prêts à adopter et tenir vous aussi ces résolutions ?