Etude

Rémunérations individuelles 2022 et prévisions salariales 2023

 

Au-delà des augmentations sur le salaire de base et pour faire face aux tensions économiques et géopolitiques, les entreprises ont joué avec les différents dispositifs possibles afin de privilégier l’évolution du package global de leurs talents, sans oublier les périphériques permettant un meilleur équilibre vie professionnelle et personnelle.

Une année atypique, portée par un contexte économique et géopolitique tendu

Depuis le début de l’année 2022, les entreprises doivent faire face, tous secteurs confondus, à trois sujets majeurs à mener de front. Le premier, qui n’a échappé à personne, est le retour à une inflation nationale, européenne et mondiale sans précédent depuis de très nombreuses années. Le deuxième est bien entendu le contexte géopolitique aux portes de l’Europe provoquant des tensions sur les matières premières, les biens alimentaires et les outils de production des entreprises. Enfin, le troisième se caractérise par une tension extrême sur le marché du travail tous secteurs et profils confondus.

Dans ce contexte inédit, avec un gain cumulé de 14 % de pouvoir d’achat depuis la crise financière de 2008, les salaires n’augmentent plus aussi vite que la dynamique des prix

Ce contexte inflationniste et les tensions de recrutement ont poussé les entreprises à privilégier l’ensemble des dispositifs en leur possession afin de revoir la rémunération de leurs salariés à la hausse en 2022, dans une optique de dynamique de pouvoir d'achat et de (re)conquête et fidélisation des talents. Cette hausse des budgets devrait se prolonger sur les prochaines années, avec des niveaux d’augmentation prévus supérieurs à l’avant crise.

Evolutions salariales


Bien qu’en-deçà de l’inflation, les augmentations repartent significativement à la hausse, retrouvant des niveaux d’avant crise.

En 2022, les augmentations du salaire de base ont été de 2,5 % pour les OETAM et les cadres. Cela représente une hausse de 0,7 point pour les OETAM et 0,5 point pour les cadres, par rapport à l'année 2021 durant laquelle les gels salariaux post-Covid-19 se faisaient pleinement ressentir.

Sur la base des projections macroéconomiques de la Banque de France, notre projection prévoit des budgets d'augmentation relativement hauts sur les prochaines années avec un retour à des niveaux d’augmentation supérieurs à l'avant crise, grâce à des projections de croissance et un reflux graduel de l'inflation.


Jeunes diplômés


Dans un contexte de fortes tensions de recrutement, la population des jeunes diplômés constitue une cible prioritaire. En parallèle et aux prises avec les perturbations et l’incertitude continues de ces dernières années, cette jeune génération réévalue ses attentes vis-à-vis des entreprises. Dans notre étude Millennials Survey 2022, « bénéficier d’un package de rétribution globale attractif » se trouve sur le podium des facteurs décisifs dans le choix de leur organisation.


Égalité salariale


Une stagnation des écarts salariaux femmes-hommes qui se confirme cette année avec un plafond de verre persistant, malgré le renforcement des mesures en faveur de l’égalité. En effet, la tendance constatée ces deux dernières années se poursuit sur 2022 avec un écart salarial moyen entre les femmes et les hommes similaire à celui de 2021 de 3,7 %.

Les différentes crises traversées ces deux dernières années ont agi comme un révélateur des inégalités et a mis un coup de frein à l’évolution lente et progressive jusqu’alors observée. De fait, les écarts salariaux constatés en 2022 demeurent supérieurs à ceux constatés en 2017 (3,3 %).


Télétravail


Le télétravail se normalise avec 2 jours en moyenne. Permettant pour certains collaborateurs de mieux concilier vie professionnelle et vie privée mais aussi désormais de lutter contre la perte de pouvoir d’achat notamment via la réduction des trajets en véhicule personnel, le nombre de jours de télétravail se stabilise aux environs de 2 jours toutes catégories socio professionnelles confondues avec désormais une indemnisation versée par 50 % d’entre elles.


Retraite, santé et prévoyance


Le pouvoir d’achat a été l’un des principaux sujets de la campagne présidentielle. L’une des promesses électorales d’Emmanuel Macron était d’indexer les retraites sur l’inflation dès l’été 2022. A ce titre, le Gouvernement a annoncé une hausse de 4 % des pensions de retraite à compter du 9 août 2022.

Par ailleurs, alors qu’une grande majorité des dispositifs de prévoyance et de santé étaient à l’équilibre en 2020, une dégradation financière de ces dispositifs s’est opérée l’année passée augurant des revalorisations importantes d’ici à janvier 2023 et largement portées par une hausse des arrêts de travail et de la mise en place du reste à charge 0.


Rémunérations individuelles - Octobre 2022

L'enquête flash réalisée en octobre 2022, vous permet d'avoir une vue appronfondie des évolutions budgétaires prévisionnelles dans un contexte de forte inflation, observables pour la totalité des secteurs d’activité.

Rémunérations individuelles - Décembre 2022

L'enquête flash réalisée en décembre 2022, vous permet d'avoir une vue appronfondie des évolutions budgétaires prévisionnelles dans un contexte de forte inflation, observables pour la totalité des secteurs d’activité.

Rémunérations individuelles 2022

${sous_titre}

Note de conjoncture - 11ème édition

Prénom *
Nom *
E-mail *
Organisation*
Fonction *
Téléphone
Geography
URL Source
Fichier téléchargé
Form Handler
Page URL
UTM Campaign
UTM Source
UTM Medium
*Champ obligatoire
Télécharger l'étude

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ainsi qu’au règlement européen sur la protection des données personnelles 2016/679 (RGPD), vous pouvez exercer votre droit d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation du traitement, de portabilité de vos données et définir le sort de vos données personnelles après votre décès en vous adressant au service Marketing de Deloitte SAS : rgpd@deloitte.fr