Perspectives

Capacités technologiques pour assurer la pérennité de la gestion de patrimoine

Le secteur de la gestion de patrimoine est en plein bouleversement. La pandémie de COVID-19 a considérablement changé la réalité du travail au quotidien, de même que les attentes et les préférences des investisseurs, qui ont évolué en raison des nouvelles technologies et des risques de crise financière1.

Les gestionnaires de patrimoine ont un défi unique à relever, qui consiste à utiliser des capacités et des produits qui aideront leurs clients à traverser ces turbulences. Leurs leaders technologiques doivent prendre part au changement et guider l’entreprise afin qu’elle soit mieux outillée pour combler les besoins de ses clients.

Les responsabilités typiques des leaders technologiques dans le domaine de la gestion de patrimoine comprennent les suivantes2  :

  • Innovation en affaires;
  • Amélioration des processus opérationnels;
  • Gestion des coûts et de l’efficience;
  • Maintien des systèmes et des opérations des TI;
  • Gestion de la cybersécurité.

Pour bien assumer ces fonctions, ils doivent tout mettre en œuvre pour améliorer les capacités technologiques de l’entreprise afin qu’elle soit fin prête pour l’avenir. Ils ont pour tâche de combler l’écart entre les attentes opérationnelles à l’égard des TI et les capacités technologiques actuellement mises en place au sein de l’organisation. L’entreprise dépend beaucoup de l’équipe des TI pour numériser les processus opérationnels, mettre en œuvre des processus d’analyse de données massives et de veille commerciale, utiliser l’analytique prédictive et brouiller la distinction entre les TI au sens traditionnel du terme et l’entreprise.

Capacités technologiques pour aider à assurer la pérennité de la gestion de patrimoine :

  • Architecture d’entreprise : l’architecture et les normes sont gérées efficacement, les codes et les composants sont souvent réutilisés et il y a une normalisation proactive dans l’ensemble du cycle de développement. La réduction du nombre d’intégrations et la simplification de l’architecture peuvent contribuer à une baisse des coûts d’exploitation et à une efficacité accrue, sans qu’il soit nécessaire de mettre en place une série d’initiatives éparses et cloisonnées.
  • Innovation technologique : l’innovation pragmatique est un facteur essentiel de réussite. Elle permet de combler l’écart entre les priorités des TI et celles de l’entreprise. Cependant, l’innovation doit être contrôlée et les leaders doivent agir avec prudence plutôt que de se lancer dans des expériences scientifiques qui ne procurent aucune valeur importante à l’entreprise.
  • Agilité en affaires : grâce à une façon de faire les choses plus agile, des technologies plus innovantes et intuitives sont utilisées, et les services offerts sont plus rapides et moins coûteux que jamais. Dans l’entreprise agile, les équipes des opérations et des technologies appliquent ensemble une série de méthodes d’exécution afin d’offrir de la valeur par courts intervalles à une partie prenante. La proposition de valeur est axée sur l’adaptabilité, la gestion des risques, la transparence et la réalisation de valeur pour l’entreprise.
  • Numérisation : la numérisation crée de nouvelles sources de valeur. Pour se concentrer davantage sur la prestation d’une expérience client complète, les entreprises doivent offrir des produits et des services au moyen de canaux numériques et traditionnels. Grâce à la numérisation, les utilisateurs ont accès à des canaux qui facilitent les transactions et les interactions; ces canaux peuvent être mobiles, sociaux, analytiques et infonuagiques, ou reposer sur de nouvelles technologies exponentielles. Les plateformes et services numériques peuvent permettre aux investisseurs individuels et aux entreprises d’accéder facilement à des données sur le marché boursier, à des conseils financiers et à des occasions d’investissement, y compris à des projets de numérisation.
  • Automatisation intelligente des processus opérationnels : la transformation numérique est optimale quand les processus opérationnels sont simplifiés et automatisés, et peuvent répondre rapidement à toute hausse de la demande. La mise en œuvre de technologies et d’outils de robotique et d’automatisation intelligente peut simplifier les processus opérationnels, réduire la redondance et les coûts, et augmenter l’efficacité globale.
  • Infonuagique : les modèles en nuage offrent la flexibilité nécessaire pour s’adapter sur demande et contribuent donc à rationaliser le coût de propriété de l’infrastructure des TI. Les fournisseurs de services en nuage ont l’envergure nécessaire pour offrir un niveau de résilience intégré qui assure la continuité des activités. Quand l’infonuagique est adoptée, les opérations technologiques cessent d’être axées sur la gestion de l’infrastructure et visent plutôt à rendre les services disponibles aux utilisateurs finaux. Pour bien gérer les modèles d’exécution en nuage, il faut créer une solide équipe de gestion des fournisseurs de technologies qui comprend bien la prestation de services infonuagiques et peut attester que les services sont fournis comme promis.
  • Analytique des données : l’accès étendu à d’importantes quantités de données permet de mettre au point des solutions cognitives automatisées. De telles solutions sont déjà utilisées pour l’analyse instantanée de dizaines de sources d’information, la recherche de tendances et l’anticipation de changements et de menaces, autant d’avantages qui permettent une prise de décisions plus rapide et efficace. En profitant de capacités analytiques telles que l’analytique de clientèle consolidée, les gestionnaires de patrimoine seront mieux en mesure de repérer les occasions de numérisation les plus susceptibles d’avoir un effet positif sur l’expérience client et le résultat net de l’entreprise. Les plateformes de gestion de patrimoine doivent non seulement consigner, gérer et présenter de façon exacte les données sur les transactions, elles doivent aussi fournir des tableaux de bord consolidés et des perspectives qui peuvent être utilisés pour améliorer l’expérience client globale.
  • Intelligence artificielle (IA) : l’intelligence artificielle (IA) peut être utilisée pour faire de meilleurs investissements, évaluer le marché de la gestion de patrimoine et comprendre les données liées aux comportements de certains clients. Certains services automatisés très populaires utilisent actuellement des algorithmes et l’apprentissage-machine pour fournir des conseils et des services d’investissement aux clients. On estime que les conseillers robotisés géreront 1 billion de dollars américains d’ici 2020, et près de 4,6 billions de dollars américains d’ici 20223. Les gestionnaires de patrimoine peuvent prendre des décisions efficaces pour leurs clients en utilisant l’intelligence artificielle pour faire des recherches automatiques dans les données de ceux-ci et d’autres mines de données et proposer la meilleure voie à suivre. L’intelligence artificielle peut aussi être mise à contribution pour simplifier l’ensemble des processus de gestion de patrimoine en remplaçant les interventions humaines, ce qui réduira les coûts associés aux services offerts par les entreprises de ce secteur.
  • Cybersécurité : combler les besoins de cybersécurité et gérer les risques liés à la sécurité sont deux impératifs qui doivent être au cœur de toutes les activités. Les canaux numériques étant omniprésents, l’équipe des TI doit offrir un accès sécurisé à l’information, en tout temps, et à partir de n’importe quel appareil. Les solutions technologiques doivent faire en sorte que les risques associés aux cyberservices et les mesures prises par l’organisation pour y remédier sont bien compris dans l’ensemble de l’entreprise.
  • Gestion des services : l’accent doit être mis sur l’intégration et l’interaction entre les principaux processus de gestion des services. Plus le nombre de services en ligne augmente, plus il est essentiel de doter les plateformes technologiques de gestion de patrimoine d’un seul centre de services intégré (point de contact unique), d’assurer un service à la clientèle acceptable, de viser la résolution des incidents dès le premier contact et d’analyser des causes profondes des incidents persistants. Ces plateformes doivent également comprendre une boîte à outils intégrée pour suivre et gérer les incidents; s’assurer de consigner clairement les incidents, les problèmes et les solutions pour les résoudre; mener une analyse proactive des incidents afin de repérer des tendances; et offrir une procédure formelle de confirmation des transferts entre divers groupes d’intervenants.

Plus que jamais, les équipes responsables des technologies de gestion de patrimoine doivent entrer dans l’arène et se responsabiliser face aux résultats de l’entreprise, c’est-à-dire cesser de travailler dans l’ombre pour les gammes de services; pour ce faire, elles doivent se familiariser davantage avec le modèle d’affaires, les besoins et les priorités de l’entreprise et adapter leurs propres priorités à ces variables.

Étant donné l’évolution actuelle du marché, il est important que les équipes technologiques en gestion de patrimoine soient souples et innovent en concevant des produits minimums viables (PMV) qui testent les principales hypothèses relatives aux interactions et aux préférences des clients par rapport au produit.

Indicateurs de rendement clés (IRC) recommandés qui peuvent être adaptés selon le niveau de maturité de l’organisation:

  • Innovation : pourcentage d’idées innovatrices activement proposées et acceptées par l’entreprise, pourcentage d’idées innovatrices aboutissant à de nouveaux produits ou services;
  • Maximisation du rendement du capital investi des TI : rendement moyen des investissements (en %) dans des projets technologiques, dépenses en technologies par rapport aux catégories d’investissement définies;
  • Amélioration de la rentabilité des TI : économies (en $) dont profite l’entreprise grâce à ses dépenses en technologies ciblées;
  • Fiabilité accrue de l’exécution du portefeuille : pourcentage de projets exécutés conformément aux délais, aux budgets et aux normes de qualité établis; plan des ressources, taux d’utilisation et prévisions par rapport à la demande;
  • Meilleur contrôle des TI : pourcentage de solutions conformes à l’architecture d’entreprise;
  • Optimisation des services : pourcentage de projets de changement qui visent l’amélioration des processus opérationnels et des services;
  • Hausse du taux de satisfaction des clients : pourcentage des incidents résolus dès le premier contact avec le centre de services; pourcentage de disponibilité des applications considérées comme « cruciales pour l’entreprise »; pourcentage d’incidents considérés comme liés à la sécurité;
  • Amélioration de la qualité des données : pourcentage de comptes ayant des données incomplètes ou manquantes; délai moyen de disponibilité de la base de données.

Les nouvelles technologies continueront de perturber les façons de faire traditionnelles et de redéfinir l’avenir de la gestion de patrimoine. Tandis qu’ils poursuivent leurs efforts pour combler l’écart entre l’entreprise et les technologies, les leaders du secteur doivent promouvoir l’apprentissage et la croissance. Les technologies évoluent à un rythme plus rapide que celui auquel nous pouvons nous y adapter. La mise en place dès aujourd’hui d’une culture favorisant un apprentissage mixte et intégré au travail portera ses fruits dans les années à venir.

Personnes-ressources

Radhika Bansal
Directrice principale, Consultation
Tél. : 416 775 8518

Vithal Ketkar
Directeur, Consultation
Tél. : 416 601 4369

Références

  1. Deloitte. 10 Disruptive trends in Wealth Management.
  2. Deloitte. Sondage mondial 2016-2017 auprès des chefs de l’information – gérer son héritage. 
  3. Business Insider. Evolution of Robo-Advising.
  4. Deloitte, Technology Capability Model 2.0.
     
Avez-vous trouvé ceci utile?