Points de vue

Sam Wong: « Je n’ai pas réussi, pas encore»

chef de la direction, de Samina Capital

« Je n’ai pas réussi, déclare Sam Wong, pas encore. »

Cette affirmation de la part du dirigeant de Samina Capital âgé de 30 ans peut sembler étrange, mais elle résume ses ambitions. Malgré le fait qu’il possède son propre cabinet de consultation dans le secteur des services financiers et qu’il agit à titre de chef des finances pour six jeunes sociétés minières, M. Wong a néanmoins le sentiment de ne pas avoir encore tout à fait réussi.

« J’ai toujours l’impression que je pourrais faire mieux », explique-t-il. Bien que M. Wong se soit taillé une place de choix dans un créneau particulier à Vancouver en offrant des services comptables et financiers à de jeunes sociétés minières, il est axé sur la croissance : « L’expansion en différentes gammes de services constitue ma vision de la prochaine étape pour ma société. »

C’est en envisageant ainsi la prochaine étape et grâce à sa volonté de toujours se dépasser que M. Wong a forgé sa carrière, le menant ainsi de comptable à chef de la direction avant son trentième anniversaire. À sa sortie de l’université, M. Wong a commencé à travailler comme comptable débutant chez Deloitte. Il travaille actuellement auprès de sociétés minières, mais a réalisé sa première incursion dans le secteur minier dans le cadre d’un audit de Goldcorp.

Le risque ainsi que les incroyables retombées liées à l’industrie minière l’ont mené dans ce secteur : « En effectuant des audits, j’ai constaté qu’un grand nombre de personnes étaient devenues millionnaires grâce à leurs capitaux propres, explique-t-il. Mon mentor, Marcel DeGroot de Pathway Capital, m’a appris que plus une industrie est volatile, plus la possibilité de faire de l’argent est grande. »

« Le secteur minier ne convient pas à tous. Lorsqu’il se porte bien, c’est génial, mais lorsque ce n’est pas le cas, comme actuellement, ce n’est pas donné à tout le monde d’assumer un tel niveau de risque. » Au cours de sa période chez Deloitte, M. Wong était entouré de gens possédant un sain appétit du risque et des reins solides. Il a travaillé sur des missions d’audit avec notamment Nolan Watson, qui, à l’âge de 26 ans, est devenu le plus jeune chef des finances d’une société cotée à la Bourse de New York lorsqu’il s’est joint à Silver Wheaton. Une autre de ses collègues, Krysta Rehaag, a quitté Deloitte pour le poste de chef des finances de Pathway Capital, et elle a par la suite recruté M. Wong afin qu’il se joigne à elle.

Ce milieu très uni des affaires est à la fois compétitif et solidaire. M. Wong voit en certains anciens collègues de Deloitte comme M. Watson une référence en matière de réussite, et il applique rapidement les leçons apprises dans le cadre du mentorat fourni par ses pairs, notamment la nécessité de laisser son ego de côté lors de la conclusion d’une entente.

mentorat qu’il a fondé Inspired Connections, un organisme sans but lucratif qui met en relation de jeunes comptables agréés ou des stagiaires avec des professionnels expérimentés. Il remarque qu’il peut être difficile comme jeune comptable agréé d’obtenir des conseils objectifs, certains mentors chez l’employeur pouvant agir de manière partiale. « L’objectif est de fournir des conseils sans qu’il y ait présence de conflits d’intérêts, la seule chose qui compte étant ce qu’il y a de mieux pour sa carrière. »

Vous adorerez être en bonne compagnie

Le temps qu’a passé M. Wong chez Deloitte ne lui a pas permis uniquement de rencontrer des mentors et des amis. Lorsqu’on lui demande son meilleur souvenir de chez Deloitte, il n’a aucune hésitation : « Un jour, je suis allé dîner avec un collègue et une stagiaire d’été s’est jointe à nous. Cette stagiaire, c’était Nina Wang, qui est maintenant ma femme et la mère de notre fille. »

Mme Wang et M. Wong travaillent ensemble chez Samina Capital où Mme Wang agit à titre de directrice générale. M. Wong reconnaît que le fait d’être marié à son partenaire d’affaires peut signifier rapporter du travail à la maison : « Nous avons cependant certaines règles de base, comme ne pas utiliser nos téléphones au souper et lorsque nous sommes avec notre fille. »

M. Wong indique qu’en raison de la relation qui l’unit à Mme Wang, il est parfois difficile de ne pas se sentir offensé par certaines décisions d’affaires : « Nous ne sommes pas toujours d’accord. Dans certaines situations, elle s’est opposée à mes décisions, mais, chaque fois, elle a eu tout à fait raison de le faire. »

Ensemble, M. Wong et Mme Wang ont une vision de l’avenir de leur société et des moyens pour connaître le succès : « Notre stratégie consiste à miser sur l’accroissement de nos activités plutôt que sur la conclusion d’une importante entente. L’expansion est la prochaine étape. Le jour où notre société offrira une gamme complète de services – juridiques, financiers et de gouvernance −, je considérerai que j’ai réussi. »

Les sociétés minières tournées vers la Chine

La communauté chinoise en pleine expansion de Vancouver a fait de la ville un portail vers la Chine pour les sociétés canadiennes. Les sociétés minières désirent vivement avoir accès aux capitaux de la Chine, mais n’apprécient pas toujours la complexité du processus. Entre les barrières linguistiques, les différences culturelles et la lourde réglementation, bon nombre d’ententes prometteuses échouent.

M. Wong, originaire de Hong Kong, espère pouvoir fournir certaines perspectives en faveur des sociétés minières canadiennes. « Si vous voulez faire des affaires, vous devez apprécier la culture, déclare-t-il. Vous devez comprendre comment les Chinois exercent leurs activités, et ce n’est pas aussi linéaire qu’on le pense. Il faut lire entre les lignes et même analyser chaque mot d’un courriel. »

Il note que son héritage de Hong Kong peut causer des frictions sur le plan culturel. C’est pourquoi sa femme Nina, qui vient de la Chine continentale, est souvent l’arme secrète pour conclure des

Apprendre à connaître Sam

Ma source d’inspiration : les millionnaires ayant bâti eux-mêmes leur fortune

Ma devise : « Aide-toi et le ciel t’aidera. »

Mon endroit préféré dans le monde : Las Vegas

Mon passe-temps favori : le basketball

La plupart des gens ignorent que… je ferai venir une équipe de la NBA à Vancouver un jour. Oui, c’est mon rêve!

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/