Perspectives

Dépenses en immobilisations

Les sociétés privées doivent relever des défis particuliers alors qu’elles tentent de prendre de l’expansion dans le contexte commercial incertain d’aujourd’hui.

Tandis que l’économie canadienne continue de croître à un rythme modéré, la faiblesse constante des prix des produits de base, principalement attribuable au cours du pétrole, à l’incertitude politique et au fléchissement de la demande à l’étranger, menace de se répercuter sur le commerce mondial et d’affaiblir la confiance. Selon le plus récent sondage mené par Deloitte auprès des dirigeants de sociétés privées américaines, la croissance des dépenses en immobilisations a considérablement ralenti, tandis que d’autres paramètres d’affaires tels que les bénéfices et les prix ont quelque peu diminué. Cela amplifie les enjeux pour les leaders de sociétés privées lorsqu’il s’agit d’affecter des capitaux et de tenter de maximiser l’utilisation des actifs et des ressources en place.

Enjeux

Les sociétés privées qui recherchent des occasions de croissance devraient maintenir le cap sur l’utilisation efficace du capital. Dans les marchés restreints, les entreprises cherchent des moyens de réduire leur structure de coûts, et elles risquent de créer trop d’initiatives qui pourraient surcharger leur organisation.

« La disponibilité du capital constitue un défi pour bon nombre d’entreprises privées, déclare Andrew Luetchford, associé, Services-conseils en F&A. Même si les sociétés privées ont profité d’un contexte financier intéressant pendant un certain temps, les marchés d’aujourd’hui créent une plus grande incertitude compte tenu de la volatilité économique et politique à l’échelle mondiale et des restrictions réglementaires accrues à l’égard des sources de capital. »

À l’avenir, cela réduira sans doute la disponibilité du capital, alors que les prêteurs et les investisseurs redoublent de prudence en ce qui a trait à leurs engagements. Les entreprises choisiront avec plus de discernement les projets qu’elles entreprendront.

La rapidité du processus décisionnel n’est efficace que dans la mesure où l’entreprise établit les priorités souhaitées et qu’elle maintient le cap.

Parallèlement, les sociétés privées risquent aussi de nuire à leur rendement et leur croissance en réduisantles les programmes d’investissement. L’évaluation plus poussée des risques demeure un défi pour de nombreuses sociétés privées; pourtant, elle leur permettrait de comprendre l’incidence à long terme des décisions qu’elles prennent en ce qui a trait aux dépenses en immobilisations et à la gestion des risques dans le cadre de la mise en œuvre de programmes.

Aux prises avec des options limitées en capital et un resserrement des marchés du crédit, certaines entreprises puisent dans leurs marges de crédit de fonds de roulement pour effectuer des placements à long terme et financer les pertes d’exploitation. En outre, les sociétés privées n’ont peut-être pas le personnel approprié pour réaliser leurs objectifs de croissance, et pourraient aggraver le problème en recrutant trop rapidement ou en embauchant des gens qui ne possèdent pas les compétences nécessaires.

Occasions

Les sociétés privées pourraient éviter ces pièges liés à la croissance en ciblant des projets précis, en les mettant de l’avant et en accélérant leur réalisation. Au moment de choisir des initiatives de croissance, les entreprises devraient entreprendre une démarche disciplinée afin d’éliminer toute émotion du processus. Les projets devraient être évalués en fonction de facteurs tels que l’incidence sur le bilan et les répercussions sur l’image de marque, de même que les besoins en ressources et l’échéancier.

Lorsque les capitaux sont limités, la réduction des coûts peut s’avérer un important catalyseur de rendement; toutefois, les entreprises devraient s’assurer que la nature de chaque projet à l’étude s’insère dans la stratégie d’affaires globale et correspond aux objectifs financiers. Cela aidera les dirigeants à repérer les initiatives qui sont susceptibles d’être adaptées aux circonstances de l’entreprise à long terme.

Au moment d’évaluer les réductions de coûts, les entreprises doivent assurer une planification efficace des immobilisations qui tient compte de chaque dénouement possible. À cette fin, elles ont besoin d’un environnement où les gestionnaires et les dirigeants peuvent s’exprimer librement, poser des questions difficiles et remettre en question les hypothèses afin de rassembler les commentaires d’un large éventail de parties prenantes. En se concentrant simplement sur un processus décisionnel efficace, les sociétés privées pourraient accroître leur rendement pour un coût relativement faible.

L’actuel contexte d’affaires en constante évolution confère aux sociétés privées un avantage par rapport aux plus grandes sociétés cotées en bourse. Parce qu’elles ont tendance à être plus petites et plus agiles, les sociétés privées peuvent évaluer, élaborer et mettre en œuvre des projets avec plus d’efficacité que leurs concurrents de plus grande taille. Si elles veulent croître, les entreprises doivent saisir ces occasions, mais la rapidité du processus décisionnel n’est efficace que dans la mesure où l’entreprise établit les priorités souhaitées et qu’elle maintient le cap.

Même si elles choississent la stratégie appropriée, elles doivent pouvoir compter sur des professionnels compétents pour la mettre en œuvre. S’il est possible pour les entreprises de recruter à l’externe, elles devraient également envisager de perfectionner des talents à l’interne, ce qui éviterait de surcharger les ressources rares et atténuerait le manque de compétences au sein de la main-d’œuvre actuelle. Les ressources limitées devraient amener les sociétés privées à se concentrer intensément sur les projets susceptibles de fournir de la valeur et à mobiliser les effectifs en ce sens, en mettant les autres projets sur la glace.

L’actuel contexte d’affaires en constante évolution confère aux sociétés privées un avantage par rapport aux plus grandes sociétés cotées en bourse.

Questions à poser

  • Avez-vous bien harmonisé vos initiatives de croissance aux objectifs à long terme qui ont été fixés pour l’entreprise? 
  • Établissez-vous les priorités désirées aux fins de croissance et de dépenses en immobilisations? 
  • Disposez-vous d’un système qui vous permet d’évaluer objectivement les projets et de confirmer que les capitaux sont affectés efficacement? 
  • Avez-vous déterminé les options de financement et les sources de capitaux qui conviennent le mieux à votre stratégie de croissance? 
  • Recrutez-vous des personnes compétentes et avez-vous mis en place les pratiques appropriées pour perfectionner les talents à l’interne? 
  • Pouvez-vous agir de façon assez efficace pour saisir les occasions et rehausser votre avantage concurrentiel sans perdre de vue vos objectifs à long terme?

Auteur:

Eric Michaund
Directeur principal, Financement Corporatif Deloitte Inc.

 

Avez-vous trouvé ceci utile?

Sujets semblables